Le bombardement israélien de Damas, la capitale syrienne, dans la nuit de jeudi à vendredi, a entraîné la mort de sept personnes, dont quatre officiers iraniens, a déclaré un centre d’observation syrien

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme, basé à Londres, a rapporté, citant des sources locales, que l’attaque avait tué trois membres des forces du Régime syrien, dont deux officiers, ainsi que quatre Iraniens.

Il a ajouté que des missiles israéliens visaient la zone de l’aéroport international de Damas.

L’Observatoire a également déclaré que les attaques avaient eu lieu après l’arrivée d’un avion cargo dans la zone ciblée, ajoutant qu’il n’était pas clair « si l’avion est arrivé d’Iran ou d’une autre zone à l’intérieur du territoire syrien ».

L’agence de presse officielle syrienne SANA a annoncé, jeudi soir, que les défenses aériennes de l’armée « avaient intercepté des cibles hostiles dans l’espace aérien de Damas ».

Citant une source militaire, SANA a ajouté qu’à « 23h45 [21.45 GMT] jeudi, l’armée a détecté des missiles hostiles provenant du dessus du Golan syrien occupé, que les défenses aériennes de l’armée ont immédiatement intercepté, en abattant un certain nombre avant qu’ils n’aient réussi à atteindre leurs objectifs. »

« Les missiles hostiles provenaient du Golan syrien occupé », a ajouté SANA.

Cependant, les responsables israéliens n’ont pas encore officiellement revendiqué la responsabilité de la frappe signalée.

Depuis le début du conflit syrien en 2011, Israël a ciblé, de façon récurrente, des positions à l’intérieur du pays déchiré par la guerre.

Les forces soutenues par l’Iran et les militants libanais du Hezbollah combattent aux côtés des forces du régime syrien depuis 2012.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here