Le journal américain «The Washington Post» a déclaré que la politique des Émirats arabes unis (EAU) manquait de crédibilité, notant que leurs ambitions incontrôlables qui défient les États-Unis risquent d’avoir un impact négatif sur le pays, et la région entière.

Rédigé par «Liz Sly», l’article du journal, ayant pour titre, «les répercussions négatives des ambitions des Émirats arabes unis», indiqua que les EAU avaient envoyé des garde-côtes à Téhéran pour discuter la sécurité de la navigation maritime, au moment où les États-Unis avaient envoyé des renforts militaires, et des navires de guerre au Golfe, signalant que l’incontournable allié des États-Unis, qui avait poussé le président américain Donald Trump à imposer une politique sévère à l’encontre de l’Iran, avait fini par l’abandonner au milieu du chemin.

La contradiction émiratie   

L’auteure explique que les Émiratis qui se sont trouvés dans la ligne de tirs des Iraniens, avaient décidé de changer de stratégie, en appelant au calme, et à une résolution politique, contrairement au discours agressif de Trump.

L’article traita les extensions des implications des EAU contre la politique américaine, signalant qu’en Égypte, ils avaient financé le coup d’état militaire d’Abdel Fatah al-Sissi, qui avait renversé le président élu Mohamed Morsi, reconnu et soutenu par les États-Unis, ajoutant qu’en Libye, ils avaient financé le général à la retraite Khalifa Haftar, qui se bat contre les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), dont la légitimité est reconnue par les Etats-Unis, il indiqua aussi que les Émiratis avaient imposé le blocus au Qatar, l’un des importants alliés des États-Unis dans la région.

L’auteure Liz Sly parla également des fiascos militaires et des mauvaises interventions notamment au Yémen, où les EAU ont été à l’origine de la pire crise humanitaire dans la région, malgré les appels incessant des États-Unis à mettre fin à la guerre.

Sly expliqua que les Émiratis étaient conscients de l’impasse où ils se sont placés, en se référant aux propos de l’homme d’affaire émirati qui déclara que «la conquête militaire a détruit les EAU car ils s’étaient lancé dans l’aventure sans tenir compte des conséquences, élargissant leur extension dans le monde, plus qu’ils ne peuvent maîtriser».

Au final, elle signala que l’analyste des affaires du Golfe au WP, Theodore Karasik, évoqua les suspects qui rôdent au tour de la politique émiratie pour résumer que malgré les problèmes économiques et les conflits politiques iraniens, «le plus important est que les EAU sont toujours sous la protection des États-Unis».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here