Des informations à l’intérieure de la Cour pénale internationale (CPI), ont annoncé qu’elle serait en voie d’ouvrir une enquête accusant des soldats israéliens et leur alliés de violations contre les droits de l’homme en Palestine.

Suite à cette décision, le président américain Donald Trump a averti, vendredi, la CPI que toute tentative de poursuivre les États-Unis, Israël ou leurs alliées sera aussitôt oppressé.

Trump a envoyé, dans un communiqué présidentiel, l’avertissement à la CPI en cas de poursuite judiciaire de citoyens américains ou israéliens suite aux plaintes déposées par les palestiniens demandant l’ouverture d’enquêtes sur les violations commises par Israël à leur égard.

Il avait notamment salué la décision de la CPI qui avait rejeté, en 2017, la demande de son procureure générale, Fatou Bensouda, concernant l’ouverture d’une enquête sur « des crimes de guerre » et « des crimes contre l’humanité » soupçonnés d’avoir été commises par les Marines en Afghanistan.

Trump avait suggéré à la CPI d’être aussi « sage » qu’elle l’était en 2017 et de savoir se placer « des bornes à ne pas franchir ».

Notant que la CPI est une fondation indépendante des Nations Unis, plusieurs observateurs estiment qu’elle n’est pas neutre et qu’elle cède facilement aux pressions internationales et refuse souvent de traiter des affaires où elle est supposé enquêté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here