mardi, octobre 20, 2020

Trump menace l’Iran de représailles et l’Irak de sanctions

Le président américain Donald Trump a menacé dimanche d’imposer de sévères sanctions à l’Irak après que le Parlement de ce pays déchiré par la guerre a adopté une résolution exhortant le gouvernement à expulser les troupes étrangères.

« S’ils nous demandent de partir, sans le faire de façon très amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n’en ont jamais vu auparavant. Cela leur fera paraître les sanctions iraniennes quelque peu insignifiantes, en comparaison », a déclaré M. Trump aux journalistes à bord de l’avion présidentiel Air Force One.

« Nous disposons là-bas (en Irak) d’une base aérienne extraordinairement coûteuse. Il nous a fallu des milliards de dollars pour la construire (…) Nous ne partirons pas, à moins qu’ils nous la remboursent », a-t-il ajouté.

L’avertissement de M. Trump est intervenu quelques heures après que le Parlement irakien a adopté dimanche un projet de loi obligeant le gouvernement à mettre fin à la présence de forces étrangères en Irak et à les empêcher d’utiliser l’air, l’espace et les eaux irakiens.

Le Premier ministre intérimaire irakien Adel Abdul Mahdi a assisté à la session parlementaire télévisée et s’est adressé aux législateurs, affirmant que « le départ des forces américaines d’Irak sera dans l’intérêt de l’Irak et des États-Unis, en particulier après les derniers développements ».

Le département d’État américain avait déclaré dans un communiqué dimanche que les Etats-Unis étaient « déçus » par les mesures adoptées par le Parlement irakien.

« Nous exhortons vivement les dirigeants irakiens à reconsidérer l’importance des relations économiques et sécuritaires entre les deux pays et la présence continue de la Coalition mondiale pour vaincre l’Etat islamique », indique le communiqué.

La session du Parlement irakien a eu lieu deux jours après qu’une frappe aérienne américaine sur un convoi près de l’aéroport international de Bagdad, dans laquelle ont trouvé la mort Qassem Soleimani, commandant de la Force Al-Qods du Corps des Gardes de la Révolution islamique d’Iran, et Abu Mahdi al-Muhandis, chef adjoint des forces paramilitaires irakiennes Hachd al-Chaabi.

Plus de 5.000 soldats américains sont déployés en Irak pour y soutenir les forces irakiennes contre les combattants de l’EI, leur fournissant principalement une formation et des conseils.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

L’armée azerbaïdjanaise libère le centre de la ville de Zengilan et 18 villages

L'armée azerbaïdjanaise a libéré le centre de la ville de Zengilan et 18 villages. Le Président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev a fait l'annonce mardi lors d'un discours adressé au peuple. Les...

Arabie saoudite : Le boycott des produits turcs adopté par les compagnies et rejeté par...

Un groupe de compagnies saoudiennes actives dans les secteurs du commerce et de l’industrie a annoncé, dimanche, le boycott des produits turcs, joignant la...

Première visite officielle d’un comité israélien au Bahreïn dénoncée sur les réseaux sociaux

Encore une fois, des Bahreïniens et des Arabes ont dénoncé l’accord de normalisation que Manama avait conclu avec Tel-Aviv, félicitant les manifestations que des...

Le ministre de la Tolérance émirati accusé de viol, par une femme britannique

Une femme britannique a accusé le cheikh Nahyan bin Mubarak Al Nahyan de l’avoir agressée sexuellement alors qu’elle travaillait au lancement du festival littéraire Hay...

Le Congrès américain à Al-Sissi : la question des droits de l’homme est une...

Dans une lettre adressée à Abdelfattah Al-Sissi dont le Washington Post a eu une copie, 56 membres du Congrès américain ont souligné l'importance de la question...