5.9 C
New York
mardi, mars 5, 2024

Buy now

spot_img

Un ex-chef de guerre congolais reconnu coupable de crimes de guerre et crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale

L’ex-chef de guerre congolais Bosco Ntaganda a été reconnu coupable , lundi, par la Cour pénale internationale (CPI) des 18 chefs d’accusation portés contre lui, dont des « crimes de guerre » et des « crimes contre l’humanité  » commis dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) de 2002 à 2003.

Peu souriant, tête rasée, moustache fine, le chef de guerre et général déchu de l’armée congolaise était serein lors de l’audience, lundi, à La Haye.

Il a été reconnu coupable notamment des crimes de guerre, crimes contre l’humanité, crimes sexuels, viols commis contre des enfants, enrôlement d’enfants. Ce procès est le premier où les viols sont reconnus dans les chefs d’accusation.

Quelque 2129 personnes, dont des enfants, ont été reconnues victimes.

Lors de la commission de ces crimes, Ntanganda était à la tête des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), la branche armée de l’Union des patriotes congolais (UPC), un groupe armé ayant pris part à la guerre civile en Ituri (1999 – 2003).

Selon les ONG, ce conflit foncier qui avait dégénéré en guerre civile, avait coûté la vie à plus de 60 000 personnes.

La Chambre de première instance a reconnu la responsabilité « pénale individuelle » de l’accusé pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre, car il avait, effectivement, le contrôle des troupes.

Surnommé « Terminator », Bosco Ntaganda, né au Rwanda, est un rebelle de longue date.

Le dernier groupe armé dans lequel il a combattu dans l’est de la RDC est le M23, défait en 2013 par l’armée congolaise avec l’appui de la brigade d’intervention de l’ONU.

L’un des cinq chefs de guerre congolais à avoir comparu devant la Cour de la CPI, Ntanganda dispose d’un délai de 30 jours pour faire appel.

La Cour ne s’est pas encore prononcée sur les circonstances atténuantes.

Général dans l’armée congolaise de 2007 à 2012, Ntaganda était le fugitif le plus recherché dans la région des Grands Lacs. De manière inopinée, il s’était rendu à l’ambassade américaine de Kigali (Rwanda) en mars 2013, pour demander son transfert à la CPI.

Son procès s’était ouvert le 2 septembre 2015 et les conclusions orales ont été entendues du 28 au 30 août 2018.

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce jeudi, de supprimer l'application chinoise TikTok de leurs appareils, pour des raisons de sécurité. La commission...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est écrasé dans l'ouest du pays, dans la région de Belgorod, ont annoncé, jeudi, les autorités...

France : les syndicats appellent à une « grève totale et reconductible » à partir du 7 mars

Les syndicats français appellent à une « grève totale et reconductible » à partir du 7 mars prochain, pour exprimer leur opposition au projet...

Pentagone: Un autre « ballon espion » chinois survole l’Amérique latine

Le porte-parole du Pentagone, Pat Ryder, a indiqué qu'un autre "ballon espion" chinois a survolé l'Amérique latine. "Nous avons détecté un deuxième ballon survolant l'Amérique...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici