Un récent rapport américain a placé la lumière sur la relation entretenue par les Émirats arabes unis (EAU) et des sociétés américaines, qui commercialisent sa vision politique, et défendent ses positions, en révélant une partie des tentations d’influences étrangères émiraties exercées sur Washington.

Intitulé «Le lobby émirati: comment les EAU gagnent à Washington?», le rapport parle des campagnes menées aux États-Unis, par les EAU, dans le but de chercher du soutien à sa politique, à créer des groupes de pression, financés entièrement par Abu-Dhabi, afin de contrôler les pensées des autres, et d’agir sur leurs décisions.

Préparé par «The Center for International Policy», à travers «l’initiative de la transparence de l’influence étrangère», il aborda également l’affaire Khashoggi, et les positions abordées par plusieurs centres d’études américains, qui avaient renoncé à traiter avec l’Arabie saoudite, et évité de percevoir de l’argent venant de sa part, notant qu’«ils préféraient s’éloigner des problèmes».

Publié aujourd’hui, mardi, le rapport se demanda, par la suite, des raisons qui permettaient aux EAU de rester présentes sur la scène américaine interne, «malgré leur registre criminel «déplorable» encaissé dans le domaine des droits de l’homme, et leur participation désastreuse marquée dans la guerre au Yémen».

Un financement colossal

Comme but principal, le rapport raconta l’histoire détaillée de l’influence émiratie exercée à Washington, il se focalisa sur les activités de 20 sociétés, attitrées «agent étranger pour clients émiratis», affirmant que «plus de 20 millions de dollars ont été versés par les EAU au profit de ses agents».

Il nota également plus de 3168 activités politiques annoncées et organisées par les agents en question, au nom des EAU, et signala que plus de 200 bureau du Congrès ont été appelé, dans le cadre du même processus, tout en indiquant les relations entreprises entres les agents et les centre d’études financés par les EAU.

À la fin, le rapport démontra que les activités traitées, «avaient permis au lobby émirati de réussir à former la politique étrangère des États-Unis», tout cela, à travers les membres du Congrès, qui se battent pour un soutien américain en faveur des EAU, les experts du Moyen-Orient qui travaillent au profit de compagnies financées par les EAU, et surtout, les journalistes et les correspondants des médias influents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here