Le ministre yéménite, «Saleh al-Gabwani», a accusé les Émirats arabes unis (EAU) et le Conseil transitionnel du sud d’être derrière la fragilisation de l’Accord de Riyad, promettant par l’occasion, d’écraser la rébellion à Aden.

«Al-Gabwani» nota, lors d’un tweet publié sur son compte officiel Twitter: «Les EAU et leurs milices à Aden sont responsables de l’échec de l’Accord de Riyad», soulignant qu’il avait continuellement dénoncé leurs pratiques et sollicité l’intervention des instances responsables.

«L’humiliation qu’avaient subi les soldats de notre Armée nationale de la part des soldats saoudiens, témoigne de l’échec de cet accord», avait-il ajouté, en pointant la marginalisation et ségrégation dont souffrent les soldats yéménites.

Le ministre yéménite, qui a pris l’habitude de critiquer «le badinage émirati dans son pays», ajouta: «Étant une force légitime, nous n’avons pas d’autre choix, que de se préparer à écraser cette rébellion, à Aden, par la force», tout en soulignant que «la solution militaire» était le premier des choix à prendre.

Les évolutions sur terrain   

Dans un contexte similaire et dans le cadre de l’application des termes de l’Accord de Riyad, le gouvernement yéménite avait, dimanche, accusé le Conseil transitionnel du sud d’avoir empêché une unité de l’Armée yéménite de traverser Aden, pour aller vers le gouvernorat de «Lahj», qui se trouve au sud du pays.

À ce sujet, l’agence de presse yéménite, «SABA», a rapporté selon le porte-parole du gouvernement yéménite, «Rajeh Badi», que «les combattants du Conseil transitionnel, dans la région «Sheikh Salem» avaient barré la route à une unité des forces de la défense côtière accompagnée par des troupes saoudiennes, et ont ouvert le feu sur ses membres».

«Rajeh Badi» nota également que des autres combattants du Conseil l’avaient empêché par la force de traverser Aden, pour aller ver la région de «Lahj»», signalant qu’encore une fois, les combattants du Conseil avaient ouvert le feu.

Les EAU annoncent le retrait

Par ailleurs, dimanche, les EAU avaient annoncé le retrait de leurs troupes déployées au Yémen et la fin de sa participation à la guerre contre le groupe des Houthis.

Abu Dhabi combattait les Houthis, depuis 2015, en compagnie de l’Arabie saoudite, en réponse à un appel qu’avait lancé le président yéménite «Hadi Mansour Abed Rabou».

La guerre a causé la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations unies, avec des taux très élevés d’épidémies et de pauvreté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here