jeudi, décembre 2, 2021

Un responsable américain pour al-Jazeera : «Washington cherche à ouvrir les espaces aériens régionaux au Qatar»

Courrier arabe

Bien qu’il ait indiqué qu’aucun progrès n’a été signalé pour résoudre la crise du Golfe, un responsable américain a affirmé à la chaîne « al-Jazeera » que son pays menait des efforts dans le but de permettre au Qatar d’utiliser les espaces aériens régionaux.

David Kenneth Schenker, le responsable du Bureau des affaires du Proche-Orient du Département d’État a indiqué, lors de déclarations privées, présentées hier, mercredi, soir à la chaîne d’informations « al-Jazeera », «Nous essayons d’ouvrir les espaces aériens du Golfe, pour que les Qataris ne se tournent pas vers les airs iraniens».

Il a affirmé que «les États-Unis discutaient avec leurs alliés à ce sujet», signalant que Washington était constamment inquiète concernant la crise du Golfe, et déplorant le fait qu’aucun progrès n’ait été réalisé jusque-là, «malgré la profonde implication américaine auprès des partenaires saoudiens, émiratis et qataris».

Un seul objectif à la fois

Au début du mois de juin, le journal américain, The Wall Street Journal, avait révélé que «l’administration du président américain, Donald Trump, mettait des pressions sur l’Arabie saoudite et sur les Émirats arabes unis (EAU) pour qu’ils ouvrent leurs espaces aériens aux avions de Qatar Airways».

Le journal avait précisé qu’ «après ses échecs diplomatiques continuels vis-à-vis de la crise du Golfe, Trump s’était résigné à se centrer sur un seul objectif à la fois, à commencer par régler l’affaire de l’espace aérien».

Le journal a également signalé qu’«une médiation dirigée par le Koweït et soutenue par les États-Unis allait bientôt voir le jour», sans pour autant parler des résultats probables.

De son côté, Doha, qui a affirmé que «la résolution de la crise du Golfe ne pourrait se faire qu’à travers la table des négociations et du dialogue», a également signalé selon son ministre des Affaires étrangères que la médiation du Koweït annonçait de bons signes, espérant que les autres parties acceptent de lui tendre la main et de tenter de mettre fin à un conflit qui dure depuis 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos