19.8 C
New York
lundi, juin 17, 2024

Buy now

spot_img

Vers où les protestations populaires vont entrainer la Jordanie après les escalades sanguinaires ?

Courrier arabe

En Jordanie, des protestations populaires, dénonçant la dégradation des conditions de vie et l’augmentation des prix de carburant, enflamment les différentes parties du pays depuis des semaines et ont entrainé des escalades sanguinaires, au moment où des parties demandent l’intervention du gouvernement avant que la situation ne devienne hors de contrôle.

Les protestations populaires ont commencé en Jordanie en début décembre, lorsque les chauffeurs de camions, ont protesté contre l’augmentation du prix du carburant, la dégradation des conditions de vie et la corruption.

Des grèves ont été programmées, et plus tard les taxieurs et les chauffeurs de bus ont rejoint le mouvement. La grève s’est étendue après que les commerçants ont aussi rejoint les chauffeurs en solidarité.

À ce moment, le gouvernement a expliqué «qu’il était impossible de verser plus d’argent pour soutenir les prix, à cause des restrictions imposées par le programme des réformes économiques, soutenus par le FMI».

Vendredi 16 décembre, des activistes ont organisé une marche, appelant les citoyens à manifester pour dénoncer les conditions de vie.

Dès lors, des manifestants sont descendus dans les rues, brulant des pneus et cassant des voitures, et bloquant les autoroutes en signe de protestation.

Le ministre de l’Intérieur jordanien s’est alors exprimé, promettant des punitions sévères à ceux qui incitent aux troubles. Des véhicules blindés ont été ensuite déployés dans les rues principales des différentes régions du pays.

Les activistes ont créé les hashtags «#عصيان_مدني» (désobéissance civile) «#إضراب_الكرامة» (grève de la dignité), partageant les vidéos qu’ils ont filmé des protestations et des interventions violentes des forces de l’ordre.

De leur part, les autorités ont indiqué avoir interpellé «44 suspects liés aux troubles», précisant que plus de 200 suspects étaient toujours recherchés».

Une tournure sanguinaire

Jeudi 15 décembre, des évolutions sanguinaires ont marqué la scène jordanienne, après l’assassinat du commissaire de la police du gouvernorat de Maan, Abderrazak al-Dlabikh, lors d’accrochages entre les forces de l’ordre et les protestants.

La tribu du commissaire a refusé de recevoir les parties représentants le gouvernement, jusqu’à ce que le coupable soit identifié.

Pour calmer les tensions, le roi Abdullah II s’est exprimé, en uniforme militaire, pour présenter ses condoléances à la famille du défunt et promettant des sanctions sévères «à tous ceux qui oseront porter les armes face à l’Etat».

Les autorités ont bloqué TikTok

Au lendemain de l’assassinat du commissaire, les autorités ont bloqué l’application TikTok, dans toutes les régions du pays, après avoir indiqué que «cette dernière propageait des publications incitatrices à la violence».

Les activistes ont aussi signalé que le flux d’Internet était très faible, dans nombreuses régions du pays. Ils ont accusé le gouvernement de couper TikTok pour faire taire la voix de l’opposition.

Face à toutes ces évolutions, des parties demandent l’intervention du gouvernement pour mettre fin aux troubles de crainte que la situation ne devienne incontrôlable, accusant des agendas étrangers d’enflammer la situation au pays.

De son côté, le gouvernement affirme n’avoir aucun plan pour remédier à l’augmentation des prix, mais promet de maintenir l’ordre au pays quel qu’en soit le prix.

Notons que la Jordanie a l’habitude des protestations populaires, mais cette fois l’escalade sanguinaires et l’incapacité des autorités poussent les observateurs à se demander vers où le pays sera entraîné ?

Rappelons également qu’un rapport du FMI signale que «la Jordanie est confrontée à de grands défis économiques, suite à l’augmentation des dettes étrangères, la baisse des investissements et la hausse du taux de chômage, estimé à 50% dans le pays».

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Le Qatar a investi 2 milliards de dollars en Jordanie

«Les Qatar a investi près de 2 milliards de dollars en Jordanie», a déclaré l’ambassadeur qatari à Amman, dimanche, qui a insisté sur l’importance...

Jordanie : 5 morts et 7 blessés suite à l’effondrement d’un immeuble dans la capitale Amman

Au moins cinq personnes ont été tuées, mardi, et sept autres blessées suite à l'effondrement d'un immeuble dans la capitale jordanienne, ont annoncé les...

Égypte : Sommet arabe quadripartite à El-Alamein

Les dirigeants de l'Égypte, des Émirats arabes unis, du Bahreïn et de la Jordanie ont tenu, mardi, un sommet arabe quadripartite dans la ville...

Israël annonce la création d’une zone industrielle commune avec la Jordanie

Israël a annoncé, dimanche, son intention d'accélérer la création d'une zone industrielle commune avec la Jordanie. "C'est une initiative qui permettra de créer des emplois...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici