Plusieurs raids aériens attribués à la coalition saoudienne ont fait une vingtaine de morts jeudi dans le port d’Hodeïda, d’où transitent 80 % des produits de première nécessité pour le Yémen.

Des frappes aériennes ont fait au moins 26 morts et 50 blessés à Hodeïda, importante ville portuaire de l’ouest du Yémen, a-t-on appris jeudi 2 août de sources médicales et humanitaires. Les raids ont visé le port de pêche de la ville, tenue par les rebelles chiites houthis, et le marché aux poissons.

Les médias des Houthis ont accusé la coalition militaire menée par l’Arabie saoudite d’être derrière ces deux attaques. Mais la coalition saoudienne a nié jeudi soir en être à l’origine et son porte-parole, le colonel Turki al-Malki, les a attribuées aux rebelles. « La coalition n’a mené aucune opération militaire à Hodeïda aujourd’hui. La milice houthie est responsable de la mort de civils aujourd’hui à Hodeïda », a-t-il dit à la chaîne Al-Arabiya.

>> À lire : Amnesty rapporte des « crimes de guerre » dans des prisons secrètes au Yémen

Les produits de première nécessité transitent par Hodeïda

La coalition a lancé le 12 juin une vaste offensive pour tenter de prendre le contrôle d’Hodeïda, par où transite une très large part de l’aide humanitaire destinée au Yémen.

Selon l’ONU, 22 millions de Yéménites sont dépendants d’une assistance extérieure et 8,4 millions sont déjà menacés par la famine. Les quatre cinquièmes des biens de première nécessité acheminés au Yémen transitent par le port d’Hodeïda.

Depuis l’intervention au Yémen, en mars 2015, d’une coalition militaire sous commandement saoudien en soutien au gouvernement, le conflit y a fait près de 10 000 morts et provoqué, selon l’ONU, « la pire crise humanitaire au monde », avec des millions de personnes au bord de la famine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here