Le bilan de la guerre civile qui persiste au Yémen depuis 2015 a été estimé à des dizaines de milliers de victimes civils, ce qui est bien supérieur à ce qu’indiquent les chiffres officiels selon Mélissa Park, membre du groupe de l’ONU chargé de repérer les violations des droits humains au Yémen.

Lors d’un entretien accordé à l’agence Anadolu, Parke a indiqué qu’en plus des personnes tués dans les combats, il existe des millions d’autres indirectement touchés par la guerre, tels que les personnes privées des aides humanitaires et des soins médicaux ou celles qui souffrent de la famine.

Elle a expliqué que 24.1 millions de Yéménites, c’est-à-dire 80% des habitants du pays ont besoin de l’assistance humanitaire pour rester en vie, ajoutant que le bombardement par les forces de la coalition du Centre de traitement de choléra liée à l’organisation « Médecins Sans Frontières » peut être considéré comme « un éventuel crime de guerre ».

Parke a affirmé que le tunisien Kamel al-Jandoubi, président du groupe onusien a soumis aux Nations Unis en août dernier une « liste secrète » qui contient des noms de responsables yéménites, saoudiens et émiratis soupçonnés d’avoir commis des crimes de guerre.

Elle a également assuré que la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, maintiendrait cette liste confidentielle jusqu’à ce que la communauté internationale établisse un « mécanisme de responsabilisation » concernant les crimes de guerre au Yémen.

Parke a mis les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France en garde contre la poursuite de l’armement des parties belligérantes au Yémen, en particulier l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, assurant que cela peut les rendre responsables de crimes de guerre et de violations du droit international des droits de l’Homme au Yémen.

Des centres de détention secrets

La responsable onusienne a également indiqué l’existence de centres de détention secrets liées aux différentes parties belligérantes dont les Houthis et les Émirats arabes unis.

Elle a enchaîné: « les Émirats arabes unis torturent tous les détenus y compris les femmes. Nous avons également recensé des cas de viols commis par les forces appuyées par les Émirats ».

Mélissa Park a appelé la communauté internationale à établir la responsabilité des auteurs des crimes de guerre car le peuple yéménite innocent est la seule victime.

Il est à rappeler que le rapport onusien, rendu public mardi dernier, a révélé les détails des crimes internationaux commis par la coalition et a mis en lumière les violations des droits humains perpétrées par les Émirats arabes unis. Il a également fait observer que les Houthis bombardent les villes et recrutent les enfants, indiquant que l’Iran leur fournit éventuellement des armes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here