Le groupe armé des Houthis a lancé aujourd’hui une attaque sur des troupes militaires yéménites alliées des Émirats arabes unis (EAU), faisant plus de 40 morts et des dizaines de blessés, dans la ville de «Aden» au sud du Yémen.

Le groupe yéménite a annoncé que «le camp d’al-Jalaa», situé à «al-Berika», à l’ouest d’Aden, a été attaqué par un drone et un missile balistique à moyenne portée, ciblant un défilé des force de l’ordre yéménites alliées aux EAU».

Les Houthis ont signalé que le défilé militaire visait à préparer une attaque sur les positions du groupe, dans les gouvernorats d’«al-Dalee» et «Taaz» qui se trouvent sous leur contrôle, ajoutant que l’attaque était dans le cadre des réponses sur l’invasion militaire des forces de la coalition arabe.

À ce sujet, «Reuters» a rapporté selon des témoins qu’«une explosion s’était produite sur la scène, au moment où le chef des troupes yéménite «Malek al-Yafii» était descendu pour saluer l’un des invités».

Et alors que le ministère de l’Intérieur yéménite a déclaré que l’attaque avait coûté la vie à 36 personnes, des sources médicales locales parlaient d’un bilan provisoire avec plus de 40 morts et de dizaines de blessés en état grave.

Parmi les morts se trouvait le général «Mounir al-Yafii» surnommé «Abou al-Yamama», réputé par le soutien émirati dont il jouissait, par les féroces perquisitions et compagnes d’arrestations qu’il menait avec ses troupes, et pour les assassinats qu’il exécutait sans merci.

L’Iran pointé du doigt

Sachant que l’Arabie saoudite avait toujours pris l’Iran pour responsable des attaques des Houthis, «Mohamed ben Said al-Jabir» l’ambassadeur saoudien au Yémen a publié des tweets où il nota que «les attaques des Houthis déstabilisent la sécurité de la région, et prouvent que le groupe a unifié ses buts avec ceux de l’Organisation de l’état islamique et d’Al-Qaïda».

À son tour, le gouvernement yéménite a mentionné que «les attaques criminelles prouvent que leur but est de déstabiliser le sécurité d’Aden», ajoutant que de tels actes barrent la route vers toute possibilité d’établir la paix au pays, dans un temps où le président yéménite «Abed Rabo Mansour Hadi» avait promis de punir les coupables au plus vite possible.

Toutefois il convient de rappeler qu’un centre de police yéménite a été récemment attaqué dans la banlieue de «Cheikh Atman» à Aden, faisant plus de 60 morts et des dizaines de blessés.

Une attaque qui porte les empreintes d’Al-Qaïda au Yémen, laissant penser à une probable alliance entre les groupes armés au pays, contre un ennemi en commun «les forces de la coalition arabe et ses alliés».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here