mardi, mai 11, 2021

Algérie: le chef d’état-major par intérim Saïd Chengriha, s’exprime pour la première fois

Le chef d’état-major par intérim, Saïd Chengriha a pris la parole publiquement pour la première fois depuis la mort de son prédécesseur, le puissant général Ahmed Gaïd Salah. Saïd Chengriha s’est exprimé dans une réunion avec « les cadres du ministère de la Défense et de l’état-major de l’armée ». Des propos relayés dans un communiqué, en forme d’hommage à l’action des militaires.

Alors que son prédécesseur avait pris l’habitude de s’adresser directement à la population après la destitution du président Bouteflika, c’est aux militaires que Saïd Chengriha est venu livrer son bilan de l’année.

Le chef d’état-major par intérim a estimé que l’Algérie a traversé « une étape sensible ». Le pays a dû faire « face, selon lui, à un dangereux complot » visant « sa stabilité et les fondements de l’État », « pour l’entraîner dans le bourbier du chaos et de la violence ». Des propos qui font référence à une frange du mouvement de protestation populaire du Hirak, accusée d’être manipulée par l’étranger.

Le général Chengriha a en revanche rendu un hommage appuyé au haut commandement militaire, qui « a su gérer cette phase avec sagesse et clairvoyance », selon lui.

Laissant de côté les nombreuses arrestations et la répression parfois sévère des manifestants, il a estimé que c’est l’armée qui a veillé à « la protection des marches pacifiques » et qui a su garantir « l’unité nationale ». Le 12 décembre, une grande majorité d’Algériens a pourtant déserté les urnes en signe de désaccord.

Saïd Chengriha tire un tout autre bilan, et loue les « efforts » du commandement militaire pour la « sécurisation des élections présidentielles dans un climat de sécurité et de quiétude ».

Le scrutin s’est pourtant déroulé dans un climat de tension, et le vote a même été très perturbé par des manifestations, en Kabylie notamment. La manifestation de vendredi dernier (le 45e vendredi de protestation dans le pays) a réuni moins de manifestants qu’habituellement, quelques jours après le décès d’Ahmed Gaïd Salah et l’investiture du président Tebboune.

SourceRFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos