24.3 C
New York
jeudi, juillet 25, 2024

Buy now

spot_img

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Courrier arabe

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être expulsée vers l’Algérie, où elle est condamnée à deux ans de prison ferme pour «offense» à l’islam, à l’ombre de propos publiés sur sa page Facebook.

«Bouraoui est désormais sous la protection des autorités françaises», avait déclaré François Zimeray, l’avocat français de la militante, en annonçant à l’AFP la mise en liberté de sa cliente, et en remerciant les autorités françaises pour leur mobilisation, en faveur de sa cliente.

Les faits sont racontés par les avocats

Arrivée en Tunisie le 3 février, Bouraoui aurait été interpellée «alors qu’elle cherchait à embarquer avec son passeport français sur un vol pour la France», avait signalé son autre avocat tunisien Hichem Badra.

Zimeray explique : «Après avoir été arrêtée, Amira Bouraoui (46 ans), médecin de formation, a été placée en détention provisoire jusqu’à sa comparution devant une juge le 6 février, qui avait décidé sa remise en liberté, en ajournant son dossier au 23 février».

«Malgré cela, Bouraoui a toutefois été emmenée à un poste de la police des frontières à Tunis en vue d’être expulsée vers Alger ce soir même», avait-il fait savoir, en confiant «l’avoir vue pleurer dans une cage en verre».

Zimeray avait précédemment annoncé : «Ma cliente a fait l’objet d’une tentative d’enlèvement et de séquestration de la part de certaines autorités dépositaires de la force publique en Tunisie, à la demande des autorités algériennes».

«J’ai fait savoir cet après-midi que je n’hésiterais pas à déposer une plainte au parquet de Paris pour enlèvement-séquestration si elle n’était pas immédiatement libérée sachant que, en droit français, la détention arbitraire commise par un agent dépositaire de la force publique est un crime. Et que lorsque ce crime est commis à l’étranger sur un citoyen français, les tribunaux français sont compétents», avait-il menacé.

Pour commenter cette affaire, une responsable du bureau de HRW (Human Rights Watch) à Tunis affirme : «Il ne fallait en aucun cas renvoyer Amira Bouraoui vers un pays où elle a été emprisonnée et fait l’objet d’une série de poursuites pour son militantisme pacifique et pour ses opinions».

Il à rappeler dans ce contexte, qu’en août 2021 (quelques semaines après que le président Kaïs Saïed ait appliqué les mesures exceptionnelles) les autorités tunisiennes ont arrêté le militant Sliman Bouhafs et l’ont livré à Alger.

Le 25 août 2021, des ONG ont signalé la disparition de Bouhafs de son domicile à Tunis, et ont affirmé qu’il a été embarqué vers une destination inconnue, avant que des médias algériens n’annoncent que «le militant a été livré par les autorités tunisiennes à Alger, pour qu’il soit jugé».

Nombreuses ONG avaient dénoncé la livraison de Bouhafs, qui dispose du statut de réfugié politique, accordé par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés depuis septembre 2020.

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

Tunisie: « À travers son discours, Saïed veut maintenir le peuple dans la peur », accuse la centrale syndicale

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt), Noureddine Taboubi, a estimé, vendredi, que « le président Kaïs Saïed s’est engagé dans...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici