samedi, novembre 28, 2020

Algérie: mandat d’arrêt international contre l’ex-chef d’état-major Khaled Nezzar

L’Algérie a lancé un mandat d’arrêt international contre l’ancien ministre de la Défense et ex-chef d’état-major de l’armée algérienne Khaled Nezzar et son fils, accusés notamment de « complot », a annoncé mardi la télévision nationale. Par crainte de subir le même sort que d’autres ex-responsables politiques à l’endroit desquels la      justice a ouvert une série d’enquêtes pour des faits de corruption et, quelquefois, diligenté des détentions      préventives, le général à la retraite Nezzar, ancien homme fort du pays au début des années 1990, a fui il y a un plus d’un mois en Espagne où il a été rejoint par son fils, selon des médias algériens. Pour rappel, le général Nezzar a été l’un des principaux artisans en janvier 1992 de l’interruption du processus électoral destinée à empêcher la victoire des islamistes aux législatives et qui a précipité l’Algérie dans une « décennie noire » de guerre civile.

L’information donnée par la télévision nationale

« Le tribunal militaire de Blida [sud d’Alger] a émis un mandat d’arrêt international contre l’ancien ministre de la Défense Khaled Nezzar et [son fils] Lotfi Nezzar, accusés de complot et d’atteinte à l’ordre public », a indiqué lundi la télévision nationale. Une troisième personne, Farid Benhamdine, gérant de la Société algérienne de pharmacie, est également visé par ce mandat d’arrêt, a précisé la télévision nationale. Les trois noms sont apparus durant l’instruction visant Saïd Bouteflika, frère et conseiller du président déchu Abdelaziz Bouteflika, selon la presse algérienne. M. Nezzar avait été entendu comme témoin le 14 mai dans l’enquête pour complot contre l’autorité de l’armée et de l’État visant Saïd Bouteflika et les ex-chefs des services de renseignements, les généraux Mohamed Mediene dit « Toufik » et Athmane Tartag alias « Bachir ». Le général Nezzar avait affirmé que Saïd Bouteflika, qui ne disposait d’aucun pouvoir constitutionnel, lui avait dit en mars envisager d’instaurer l’état de siège et de démettre le général Gaïd Salah, afin de mettre fin à la contestation contre son frère. Soutien indéfectible du président Bouteflika durant 15 ans, le général Gaïd Salah est devenu de facto l’homme fort du pays depuis avril.

SourceLe Point

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Une chaîne émiratie coupable d’atteinte à la vie privée, pour avoir diffusé les aveux...

L’Office of communication (Ofcom), au Royaume-Uni, a jugé, lundi, que «la chaîne émiratie, «Abu Dhabi TV», était coupable de violations à la vie privée,...

L’ambassadeur du sultanat d’Oman à Paris : «La crise du Golfe prendra bientôt sa fin»...

L’ambassadeur du sultanat d'Oman à Paris, Gazi al-Rawas, a déclaré, mercredi, que son pays se battait pour conserver l’union du Conseil Coopératif du Golfe...

Allemagne : 3 organisations de la société civile intentent un procès contre le régime...

Des organisations de la société civile ont intenté un procès en Allemagne contre le régime d’al-Assad, accusé d'avoir utilisé des armes chimiques lors de...

Égypte : l’ONU condamne des « arrestations punitives » contre des défenseurs des droits de l’homme

Des experts des Nations unies en matière de droits de l'homme ont condamné, vendredi, ce qu'ils considèrent comme des "arrestations punitives" contre des défenseurs...

Députée libyenne : une session officielle du Parlement libyen prévue pour le 7 décembre...

Une députée libyenne a révélé, samedi, que les députés de la Chambre des représentants ont convenu de tenir une session officielle du Conseil le...