La société de radio-télévision britannique «BBC» a déclaré avoir consulté un rapport des Nations Unies, établi à la fin d’une enquête secrète, affirmant qu’«un avion militaire, appartenant à un pays étranger, avait mené une attaque aérienne sur le centre de détention des immigrants africains clandestins en Libye».

Et bien que le rapport onusien n’ait cité aucun nom, la BBC rapporta, selon une source proche, que «l’enquête était centrée sur les Émirats arabes unis (EAU) comme partie étrangère active en Libye».

De sa part, la présidente du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme «Michelle Bachelet» avait signalé que «l’attaque était susceptible d’être perçue comme étant un crime de guerre», en rappelant que la frappe lancée, à l’époque, contre un centre de détention d’immigrants africains clandestins à «Tajoura», à l’est de Tripoli, avait fait 53 morts et plus de 130 blessés.

L’attaque était la plus sanglante, depuis le début de l’offensive armée, que Khalifa Haftar mène contre le Gouvernement d’union national (GNA) à Tripoli, dans le but de s’emparer du pouvoir du pays.

Et en réponse aux appels lancés par le GNA, proclamant une enquête internationale, la commission d’enquête onusienne avait travaillé pendant plusieurs mois, afin de pouvoir identifier la partie responsable du crime.

Ainsi, les observateurs estiment que même si le nom reste confidentiel, il est clair que la responsabilité de l’attaque revient à un pays étranger, ce qui oblige de ce fait, l’application de sanctions sévères à son encontre, pour violation à la loi d’armement internationale imposée en Libye.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here