samedi, juillet 31, 2021

Croissant-Rouge tunisien: Plan d’urgence pour accueillir les réfugiés libyens en Tunisie

Les autorités locales du Croissant-Rouge tunisien dans le gouvernorat de Médenine (sud) ont annoncé que les autorités du pays avaient élaboré un plan d’urgence pour accueillir d’éventuels réfugiés libyens, en raison de la détérioration des conditions de sécurité dans le pays voisin.

Le responsable du comité local, Monji Selim, a déclaré, mardi à l’Agence Anadolu, qu’ « un plan d’action concernant la crise libyenne a été élaboré afin de faire face à un possible exode de réfugiés vers la Tunisie ».

« Ce plan a été supervisé par le gouvernement tunisien, accompagné d’un certain nombre de représentants d’organisations internationales dans le pays, notamment l’Organisation internationale pour les migrations, le Haut-commissariat des Nations unies (ONU) aux réfugiés et le Croissant-Rouge tunisien, et il a été étudié à tous les niveaux et mis à jour plus d’une fois », a-t-il ajouté.

Et de préciser que « le gouvernement tunisien a choisi un site dans le gouvernorat de Tataouine (sud / à la frontière avec la Libye) pour accueillir les réfugiés au cas où le nombre potentiel atteindrait 20 000 personnes déplacées ».

Selon Salim, il est « très difficile d’atteindre ce chiffre, d’autant plus que la situation actuelle à la frontière est très stable ».

« Il n’y a aucune raison de parler d’urgence en ce moment, car nous n’avons enregistré aucune demande d’asile des Libyens ni aucune demande de secours », a-t-il ajouté.

Selon le correspondant d’Anadolu, le mouvement aux postes frontières entre la Tunisie et la Libye se déroule normalement.

Il y a deux passages frontaliers entre la Tunisie et la Libye, le premier est le point de passage de « Ras Jdeir », situé dans la ville de Benguerdane, dans le gouvernorat de Médenine, et le second est le passage « Dhiba Wazzen », situé dans le gouvernorat de Tataouine.

Il n’a pas été possible d’obtenir un commentaire des autorités tunisiennes concernant les déclarations de Salim, et aucune annonce officielle n’a encore été faite concernant ledit plan.

Tripoli, le siège du gouvernement d’entente nationale, ainsi que ses environs, est le théâtre de batailles armées, depuis le 4 avril dernier, après que les forces de Haftar ont lancé une attaque pour s’emparer de la ville, défendue par une forte mobilisation des forces gouvernementales.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos