mercredi, novembre 25, 2020

Financial Times : l’armée soudanaise réprime le peuple avec un appui émirato-saoudien

Courrier arabe

Le journal britannique « Financial Times » a indiqué que les forces liées au Conseil militaire de transition ont lancé une campagne répressive d’arrestations et d’assassinats visant de nombreux manifestants soudanais qui réclament un pouvoir civil, assurant que tout cela se produit avec un appui émirato-saoudien.

Le même journal ajoute que le conflit au Moyen-Orient est devenu une lutte d’influence dans la région pauvre de la corne de l’Afrique. D’ailleurs, de nombreux activistes soudanais se sont demandés si certains pays du Golfe notamment l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis n’ont pas donné leur feu vert au Conseil militaire pour disperser le sit-in il y a plus d’un mois.

Le journal britannique estime qu’à travers la dispersion brutale du sit-in, le Conseil militaire voulait transmettre un message signifiant qu’il ne compte pas s’assujettir à la volonté du peuple, et qu’il n’acceptera pas de céder le pouvoir aux civils.

En outre, le « Financial Times » a indiqué que le Conseil militaire a payé 6 millions de dollars à un lobby canadien afin d’améliorer son image à l’étranger.

Salmane Oussama, un médecin soudanais a confié au même journal que tous les problèmes dont souffre le peuple soudanais ont un lien direct avec l’ingérence étrangère de l’Arabie Saoudite, des Émirats et de l’Égypte.

Il explique: « ces trois pays soutenaient le régime du président déchu Omar El-Béchir qui nous opprimait, et maintenant ces mêmes pays appuient le Conseil militaire ».

Le médecin soudanais ajoute: « l’Arabie Saoudite et les Émirats placent leurs espoirs sur les chefs militaires soudanais pour protéger leurs intérêts parmi lesquelles le maintien des forces armées dans la guerre menée au Yémen contre les Houthis ».

De son côté, le porte parole de l’Association des Professionnels Soudanais, Mohammed Mostafa, pense que Riyad et Abou Dhabi veulent exploiter les richesses du Soudan et son positionnement stratégique. Par conséquent, l’instauration d’un régime démocratique à Khartoum entravera la réalisation de ces objectifs.

Toujours, selon « Financial Times », ces deux pays du Golfe ont nié avoir été préalablement informés de l’assaut sanglant mené contre le sit-in de Khartoum le 3 juin passé, mais il est clair qu’ils apportent un soutien sans faille au nouveau régime de Khartoum, preuve en est leurs accueils des chefs du Conseil militaire de transition et leurs appuis financiers de 3 milliards de dollars annoncés juste après le renversement du président Omar El-Béchir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Ben Salmane criblé de critiques à l’ombre de la visite secrète de Netanyahou en...

Les informations diffusées au sujet la visite secrète entreprise par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, en Arabie saoudite, a poussé des activistes dénonçant...

Le Qatar attaque en justice la First Abu Dhabi Bank

L'Autorité de régulation du Centre financier du Qatar a annoncé, mardi, dans un communiqué officiel, sa décision d'attaquer en justice la First Abu Dhabi...

Tunisie : l’état d’urgence prolongé pour un mois supplémentaire

Les autorités tunisiennes ont décidé de prolonger d'un mois l'état d'urgence dans tout le pays. C'est ce qu'a affirmé le journal officiel de la République...

Un véhicule fonce sur la grille d’entrée de la Chancellerie allemande à Berlin

Une tentative d'attaque a pris pour cible la Chancellerie allemande à Berlin. Une voiture bélier a foncé dans la grille d'entrée de l'immeuble de la...

Égypte : l’ONU appelle al-Sissi à ne pas arrêter des personnes pour avoir exprimé...

L'Organisation des Nations Unies (ONU) a appelé le Président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, à ne pas arrêter ou détenir des personnes pour avoir exprimé leurs...