mercredi, juin 16, 2021

Jordanie : «Libération au dessinateur de caricature, Imad Hajaj», proclame le Centre de la protection des journalistes

Courrier arabe

En Jordanie, le Centre de la protection et de la liberté des journalistes a appelé, jeudi, à la libération immédiate du dessinateur de caricature jordanien, Imad Hajaj, interpellé mercredi par les autorités de son pays à l’ombre d’une caricature qu’il avait dessinée, illustrant le prince héritier des Emirats arabes unis (EAU), Mohamed ben Zayed.

Le Centre nota, lors d’un communiqué distribué aux médias, «avoir été contacté par la famille de Hajaj, qui lui raconta que ce dernier fut embarqué par une patrouille de police, sur une autoroute à la sortie de la capitale Amman, et qu’il fut transféré au centre de police du centre-ville».

Il indiqua que «l’interpellation de Hajaj était une sanction préméditée», signalant «avoir contacté le ministre de l’Intérieur, Salama Hamad et celui des Affaires des médias, Amjad al-Adayla, à son sujet».

Il nota qu’«plainte fut portée contre Hajaj auprès de l’unité des crimes électroniques», affirmant  «qu’il multipliait les efforts pour assurer la libération de Hajaj».

«Actuellement Hajaj est placé en garde à vue auprès de l’unité des crimes électroniques, pour comparaître aujourd’hui jeudi devant le procureur général», nota le communiqué.

Et bien qu’il insista sur le fait qu’«avoir un procès juste soit le droit légitime de tout individu», il expliqua que «l’interpellation et la détention représentent une violation et une sanction préméditée qui atteignent à la liberté».

Aux dernières nouvelles, des médias jordaniens ont signalé que «Hajaj avait été transféré vers le tribunal de la sécurité publique», attendant les déclarations des autorités et celles des avocats, pour avoir plus de détails sur l’évolution de l’affaire.

Hajaj avait dessiné une caricature se moquant de ben Zayed, à l’ombre de l’accord de paix que ce dernier avait conclu avec Israël et de l’affaire des chasseurs américains F-35 tant convoités par Abu Dhabi, et dont l’achat fut entraver par Tel-Aviv.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos