vendredi, décembre 2, 2022

La pression monte d’un cran autour de président algérien

 Après avoir été lâché par l’armée, le Rassemblement national démocratique (RND), parti allié à Abdelaziz Bouteflika, a réclamé mercredi la démission de l’actuel président.

Après que le chef d’état-major de l’armée algérienne, le général Ahmed Gaïd Salah a proposé mardi 26 mars de déclarer le président Abdelaziz Bouteflika inapte, c’est au tour du Rassemblement national démocratique (RND), principal parti allié du Front de libération nationale (FLN) d’Abdelaziz Bouteflika, de demander sa démission.

Dans un communiqué reçu par l’AFP et signé par son secrétaire général, l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia récemment limogé, le RND « recommande la démission du président de la République […] dans le but de faciliter la période de transition ».

La veille, le général Gaïd Salah, également vice-ministre de la Défense et considéré comme l’un des personnages les plus puissants du pouvoir algérien, a surpris tout le monde mardi, plus d’un mois après le début d’une contestation populaire inédite.

Article 102 de la Constitution

Pour sortir ce pays pétrolier de la crise, ce fidèle d’Abdelaziz Bouteflika a prôné le lancement de la procédure prévue par l’article 102 de la Constitution, applicable quand le président de la République « pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions » ou en cas de démission.

« Il devient nécessaire, voire impératif, d’adopter une solution pour sortir de la crise », a déclaré le général Gaïd Salah, nommé en 2004 par le chef de l’Etat à la tête de cette puissante institution. Il a prôné une solution répondant aux « revendications légitimes du peuple », conforme à la Constitution et garantissant la « stabilité de l’Etat ».

Cette « solution à même d’aboutir à un consensus (…) et de faire l’unanimité de toutes les parties, est celle stipulée par la Constitution, dans son article 102 », a poursuivi le chef d’état-major dans un discours prononcé lors d’une de ses régulières visites auprès d’unités sur le terrain et diffusé à la télévision nationale.

« Empêchement »

L’article 102 de la Constitution stipule que le président du Conseil de la Nation (chambre haute) exerce l’intérim en cas « d’empêchement » du chef de l’État quand, « pour cause de maladie grave et durable », il « se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions ».

Ce sont les deux Chambres du Parlement, qui sur proposition du Conseil constitutionnel, votent à la majorité des deux tiers « l’état d’empêchement ».

Si « l’empêchement » se poursuit au-delà de 45 jours, le pouvoir est déclaré vacant. L’intérim se poursuit alors pendant 90 jours maximum, durant lesquels une présidentielle est organisée.

L’article 102 prévoit également cette procédure de « vacance » en cas de démission du président de la République.

La pression de la rue

Âgé de 82 ans et au pouvoir depuis 1999, le président Bouteflika est affaibli par les séquelles d’un accident vasculaire cérébral qui, depuis 2013, l’empêchent de s’adresser de vive voix aux Algériens et rendent rares ses apparitions publiques.

Désormais, la balle est dans le camp du président lui-même, s’il choisit de démissionner, ou dans celui du président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, un proche du président à qui il revient de lancer la procédure permettant de déclarer le chef de l’Etat inapte à exercer ses fonctions.

La contestation en Algérie, pays membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a été déclenchée le 22 février par des manifestations massives contre l’annonce de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un 5e mandat.

Face à la pression de la rue, le président algérien a renoncé à cette candidature mais a reporté la présidentielle prévue le 18 avril, prolongeant son actuel mandat jusqu’à un scrutin devant être organisé à une date incertaine, après une « Conférence nationale » chargée notamment d’élaborer une nouvelle Constitution. Une solution totalement rejetée par les manifestants.

SourceFrance 24

Dernières infos

Coupe du monde Qatar 2022 : Les médias israéliens sont indésirables au milieu de la population arabe

Les médias hébreux pensaient que les Accords d’Abraham encourageront...

Tunisie: Saïed se réunit avec le Premier ministre libyen

Le Président de la République de Tunisie, Kais Saïed...

États-Unis : Biden accueille Macron à la Maison Blanche

Le président des États-Unis, Joe Biden, a accueilli, ce...

Le président de la Fédération française de football prend la défense du Qatar et dénonce des critiques excessives

Le président de la Fédération française de football (FFF),...

À ne pas rater

Le président israélien en visite à Bahreïn et aux Émirats arabes unis en décembre prochain

Le président israélien Isaac Herzog se rendra au royaume...

Netanyahu : « Mohammed bin Zayed m’a invité à visiter Abu Dhabi »

L'ancien Premier ministre israélien, vainqueur des dernières élections législatives...

Le président des Émirats arabes unis en visite en Russie mardi

Le président des Émirats arabes unis (EAU), Cheikh Mohamed...

L’indice PMI des Émirats arabes unis chute pour la première fois en 3 mois

L'agence de notation financière Standard & Poor's Global (S&P)...

Libye: Trois ans après l’offensive contre Tripoli, voici ses stations principales

Le 4 avril 2022 représente le 3ème anniversaire de l’offensive militaire lancée contre Tripoli, par les milices de Khalifa Haftar. Une guerre civile qui...

Fuite de Credit Suisse : Des noms arabes sur la liste des clients de l’établissement

La base de données de la banque suisse «Credit Suisse» a été volée et selon les fuites, des dirigeants et des responsables arabes font...

Libye : «Saddam Haftar a rencontré des responsables israéliens», selon un site américain

Un site américain a déclaré que «Saddam Haftar, le chef de la brigade «Tarik ben Ziyad» et le fils de Khalifa Haftar avait dernièrement...

«Des travailleurs soudanais envoyés pour combattre en Libye par une compagnie de sécurité émiratie», déclare HRW

L’organisation humanitaire, Human Rights Watch (HRW) a accusé la compagnie de sécurité émiratie, Black Shield, «d’avoir envoyé des travailleurs soudanais pour faire la guerre...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here