mercredi, octobre 28, 2020

L’affaire Khashoggi toujours impunie : Le Washington Post appelle à boycotter le sommet du G-20

Courrier arabe

Il y a deux ans, le chroniqueur de Washington Post, Jamal Khashoggi fut assassiné dans des circonstances qui laissent encore parler d’elles, et pour rappeler au monde entier l’atrocité du crime commis envers son journalise, le Washington Post lui a dédié, le 1er octobre, un article retraçant les détails de l’affaire et appelant à boycotter la réunion du G-20, tenue sous la présidence de l’Arabie saoudite.

Le Washington Post a appelé toutes les parties à boycotter la réunion du G-20 en expliquant que « si la réunion se poursuit, même en ligne, elle devrait être connue sous le nom de Sommet de l’impunité. Son seul résultat significatif sera d’inciter le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) à conclure qu’il est libre d’assassiner d’autres journalistes sans conséquence. Les dirigeants démocratiques ont parlé de la nécessité de renforcer et de défendre les valeurs libérales qui sont attaquées par la Chine, la Russie et d’autres autocraties. Une excellente façon de commencer serait de conditionner leur participation au sommet du G-20 sur la libération des prisonniers politiques du MBS et l’acceptation totale de la responsabilité du meurtre de Khashoggi».

En effet, certains maires ont déjà annulé leur participation à l’Urban G20comme le maire de New York et celui de Paris.

Le Washington Post a expliqué que depuis l’assassinat du chroniqueur, tombé dans une embuscade au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, en Turquie il y a maintenant deux ans, deux choses n’ont pas changé : « Il n’y a pas eu de justice pour ceux qui ont ordonné et orchestré son assassinat ; et Mohammed ben Salmane, prince héritier de l’Arabie saoudite et dirigeant de facto, a soutenu la répression brutale qui a fait de son régime le plus cruel et le plus criminel de l’histoire moderne du pays».

Le journal a tenu à mentionner que « malgré la réaction internationale qui a suivi le meurtre de Khashoggi, le prince héritier n’a pas modifié son comportement», citant qu’ « au plus fort de la riposte en octobre 2018, MBS a envoyé une autre équipe au Canada dans une tentative avortée de tuer un ancien agent de renseignement en exil, Saad al-Jabri et depuis mars de cette année, le régime a arrêté deux des enfants de M. al-Jabri et un de ses frères, et les retient comme otages dans une tentative de forcer son retour au royaume».

Il est à noter que « l’horrifiant crime commis » n’est pas seulement resté impuni jusqu’à présent, mais un tribunal de Riyad a également annulé, en septembre les peines capitales prononcées pour le meurtre du journaliste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Libye : Détails de l’accord signé entre le Qatar et le gouvernement d’union nationale (GNA)

L’accord sécuritaire signé entre le Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) et le Qatar s’est intéressé à plusieurs domaines, notamment ceux liés à la lutte...

France: le nombre de décès dus à la Covid-19 a doublé en 24h

Alors que lundi la France avait déjà enregistré le nombre de décès journalier le plus élevé depuis avril -258 morts-, ce mardi il a...

L’Iran renforce sa défense aérienne à la frontière avec l’Azerbaïdjan et l’Arménie

L'armée iranienne a annoncé mardi le renforcement des unités des Forces aériennes dans le nord-ouest du pays, suite à l'escalade des tensions dans la région du Haut-Karabakh, en Azerbaïdjan. Selon le commandant général de la défense...

Accord de normalisation : Des négociations entre Israël et 5 pays arabes à l’issue...

Le ministre israélien des Renseignements, Eli Cohen, a déclaré que des négociations entre Tel Aviv et 5 pays arabes seront intensifiées en vue de normaliser les relations. C'est ce qui...

Le Qatar et le gouvernement libyen signent un accord sécuritaire, dénoncé par les milices...

Le Qatar et le Gouvernement d’union nationale libyen (GNA) ont signé lundi, un accord sécuritaire, au moment où les milices de Khalifa Haftar dénoncent «des...