-1.6 C
New York
vendredi, mars 1, 2024

Buy now

spot_img

Le Maroc demande à Amnesty international des « preuves », suite à ses accusations d’espionnage d’un journaliste

Le chef du gouvernement marocain Saad-Eddine El Othmani a adressé une lettre à Amnesty International en insistant pour que l’organisation présente des «preuves matérielles» étayant son rapport selon lequel le Maroc a piraté le téléphone d’un journaliste avec un logiciel espion, a annoncé jeudi un communiqué officiel. A défaut, le royaume «prendra les mesures nécessaires pour défendre sa sécurité nationale» et «éclairer l’opinion publique» sur ces «allégations», indique le communiqué relayé par l’agence marocaine de presse MAP.

Amnesty affirme dans son rapport que le téléphone d’Omar Radi, un journaliste et militant marocain des droits humains, a été espionné via le logiciel Pegasus de la firme israélienne NSO, utilisé selon l’organisation par les autorités marocaines. La semaine dernière, les autorités marocaines ont convoqué le directeur local d’Amnesty international en lui demandant de fournir des preuves sur ces «accusations graves et tendancieuses», mais sans obtenir de réponse.

Faute de preuves, cela relève «d’une campagne de diffamation internationale injuste» dictée par «un agenda n’ayant aucun lien avec la défense des droits de l’Homme», affirme le communiqué, qui dénonce l’«acharnement systématique et continu» d’Amnesty «contre les intérêts du Maroc». En outre, le Maroc assure «ne pas disposer de la technologie de NSO», comme l’a dit à l’AFP jeudi un haut responsable gouvernemental, sous couvert d’anonymat.

La justice marocaine a annoncé la semaine dernière avoir ouvert une enquête sur Omar Radi, qu’elle suspecte de bénéficier de «financements de l’étranger» en lien avec des «services de renseignement». Selon le communiqué publié jeudi, le journaliste est «soumis à une enquête judiciaire pour atteinte présumée à la sécurité de l’Etat, en raison de ses liens avec un officier de liaison d’un pays étranger» qui a travaillé «sous couvert diplomatique depuis 1979 dans plusieurs régions de tensions» dans le monde.

Le journaliste avait affirmé la semaine dernière à l’AFP que l’action judiciaire avait «un lien direct» avec le rapport d’Amnesty, en qualifiant de «ridicules» les accusations le visant. Il a depuis été convoqué deux fois par la police judiciaire. En mars, il avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir critiqué un juge sur Twitter. Amnesty avait publié en octobre un premier rapport sur l’espionnage des téléphones de deux militants marocains via le même logiciel Pegasus.

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Maroc: L’inflation a atteint 8,9 % en janvier

Le taux d'inflation annuel au Maroc s'est accéléré à 8,9% en janvier, contre 6,6% en décembre. Le Haut-commissariat du plan (l'organisme officiel en charge des...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Maroc: la Banque centrale dément toute dépréciation du dirham

La Banque centrale du Maroc a démenti que la valeur de la monnaie unique européenne, "euro", ait atteint 18 dirhams, soulignant qu'elle ne valait...

Les Marocains protestent contre la normalisation avec Israël

Des milliers de Marocains ont organisé, samedi, des manifestations en signe de protestation contre la normalisation des liens avec Israël dans plusieurs villes du...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici