24.6 C
New York
mardi, juin 18, 2024

Buy now

spot_img

Les étudiants dans une nouvelle marche à Alger pour une « justice indépendante »

Quelque milliers d’étudiants ont défilé mardi à Alger pour la 38e semaine consécutive contre le pouvoir, réclamant notamment une « justice indépendante » et la libération des personnes arrêtées dans le cadre de la contestation, dont une trentaine ont été condamnées à de la prison ferme.

Partis d’une vaste esplanade en contrebas de la Casbah (vieille ville), les étudiants, accompagnés de citoyens, ont défilé sous la pluie et sans incident jusqu’à la Grande Poste, lieu de rassemblement traditionnel du « Hirak », le mouvement de contestation inédit qui secoue l’Algérie depuis le 22 février, selon un journaliste de l’AFP.

La police était fortement déployée dans la capitale. Les étudiants ont également défilé dans plusieurs autres villes du pays, selon des sites d’information.

Passant, dans le centre d’Alger, près du tribunal de Sidi M’hamed qui a condamné 28 manifestants à six mois de prison ferme mardi, les manifestants ont réclamé « une justice indépendante » et fustigé la « justice du téléphone », accusant les juges de prononcer des peines sur instructions téléphoniques du pouvoir.

Ces 28 personnes ont été condamnées pour « atteinte à l’intégrité du territoire national » –passible de 10 ans d’emprisonnement– pour avoir porté des drapeaux amazighs (berbères), bravant l’interdiction édictée en juin par le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée, de tout autre drapeau que l’emblème national dans les manifestations hebdomadaires antirégime.

D’autres procès pour des faits similaires sont prévus.

Le général Gaïd Salah, véritable homme fort du pays depuis la démission en avril, sous pression de la rue, du président Abdelaziz Bouteflika, a également été conspué par les étudiants mardi qui l’ont accusé d’être « devenu un pharaon ».

« Pacifiques, pacifiques, nos revendications sont légitimes », ont également scandé les manifestants qui ont aussi dit « Non » à l’élection présidentielle, convoquée par le pouvoir le 12 décembre.

Le « Hirak » refuse que l’appareil hérité d’Abdelaziz Bouteflika, et plus largement le « système » au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1962, organise le moindre scrutin et exige au préalable son remplacement par des institutions de transition.

Cinq candidats, tous d’anciens soutiens de M. Bouteflika, dont deux de ses ex-Premiers ministres, s’affronteront le 12 décembre.

SourceLe Point

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Affaire de l’activiste algérienne: la France estime « avoir protégé une ressortissante française »

La France a réagi officiellement, ce jeudi, à l'affaire de l'exfiltration de la gynécologue et activiste algérienne, Amira Bouraoui, qui a suscité la colère...

L’Algérie rappelle son ambassadeur à Paris pour « consultations »

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune a rappelé, ce mercredi, l'ambassadeur d'Algérie à Paris (France), Saïd Moussi, "pour consultations", a indiqué la présidence algérienne, dans...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Algérie : Tebboune effectuera sa première visite en France au mois de mai

La présidence algérienne a annoncé, dimanche, une visite prochaine en France du président du pays, Abdelmadjid Tebboune, prévue pour le mois de mai prochain,...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici