Le chef du gouvernement de l’union nationale(GNA) en Libye, Fayez Al-Sarraj, a déclaré mardi que les milices du général à la retraite Khalifa Haftar  ont brisé le rêve des Libyens de construire un État civil démocratique.

Lors de sa rencontre avec le chef du Haut Conseil d’Etat libyen, Khaled Al-Michri, et des membres du Conseil, Al-Sarraj a indiqué que l’attaque, qui s’est produite, a touché non seulement la capitale, Tripoli, mais a aussi brisé le rêve des Libyens de fonder un État civil.

« Cela représentait également un dénigrement de leur révolution et de leurs sacrifices pour se débarrasser de la dictature et le despotisme », a-t-il ajouté.

Il poursuivit : « Il faudrait vaincre l’agression et traduire en justice les responsables des actes de violation », soulignant que « cette réunion s’inscrivait dans le cadre de négociations avec toutes les forces nationales et élites actives sur différentes voies politiques pour résoudre  la crise actuelle, qui risquait des répercussions sur la capitale et l’avenir du pays de façon générale, et pour parvenir à un accord sur un projet national ».

رئيس المجلس الرئاسي يعقد اجتماعه التشاوري الثاني مع رئيس المجلس الأعلى للدولة وعدد من أعضاء المجلسفي إطار التشاور مع…

Publiée par ‎حكومة الوفاق الوطني Government of National Accord‎ sur Mardi 3 septembre 2019

Notant que depuis le 4 avril, les milices de Haftar mènent une offensive chancelante pour prendre le contrôle de Tripoli, siège du gouvernement de l’union nationale, internationalement reconnu.

Cette attaque a contrecarré les efforts constants des Nations Unies pour organiser une conférence de dialogue entre les Libyens, dans le but de remédier à la crise dans le pays.

D’après des estimations locales, l’attaque sur Tripoli a tué plus de 1000 personnes et déplacé plus de 100000 personnes.

Pour rappel, la Libye est depuis 2011 aux prises de lutte pour la légitimité et le pouvoir, entre le gouvernement du GNA et le régime proHaftar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here