Le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) a approuvé un projet de résolution appelant à un engagement en faveur d’un cessez-le-feu en Libye, à la suite de la Conférence internationale de Berlin.

Le projet de résolution 2510, a obtenu l’approbation de 14 des 15 membres du Conseil. La Russie, un cinq membres permanents du Conseil de sécurité, s’est abstenue lors du vote.

En effet, la résolution exige que “les parties libyennes doivent adhérer au cessez-le-feu, sur la base de ce qui est convenu au sein du comité 5+ 5”, composé de cinq militaires du gouvernement libyen et cinq militaires des troupes de Haftar, réunis sous les auspices de l’ONU.

La résolution impose également que tous les États membres de l’ONU respectent l’embargo sur les armes imposé à la Libye par la résolution 1970 (2011) et condamne le “récent blocus imposé aux installations pétrolières libyennes” par les forces de Haftar.

Dans ce contexte, l’Union africaine, la Ligue des États arabes et l’Union européenne sont appelées à déterminer les démarches à suivre pour soutenir la mission onusienne en Libye.

Alors que cette décision comprend les résultats de la Conférence de Berlin, tenue le 19 janvier, avec la participation de 12 pays et de 4 organisations, le délégué russe à l’ONU, Vasily Nebizia a considéré la publication de la résolution de la part des membres du Conseil de sécurité comme précipitée.

“Nous aurions préféré attendre que le Comité 5+5 parvienne à un accord sur un cessez-le-feu pour ensuite soutenir leur décision plutôt que d’anticiper l’accord par une résolution”, a-t-il expliqué.

Le cessez-le-feu en Libye a commencé le 12 janvier sur une initiative turco-russe. Toutefois, les forces d’un général à la retraite, Khalifa Haftar violent au quotidien cette accord en lançant des attaques contre la capitale, Tripoli (ouest), siège du gouvernement d’entente.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here