En Libye, les axes du combat aux alentours de Gharyane ont marqué aujourd’hui un calme relatif, après plusieurs heures d’affrontements armés entre les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA) et les troupes du général à la retraite Khalifa Haftar, qui avancent vers la ville stratégique, pour reprendre son contrôle, alors que le GNA a renforcé ses positions militaires.

«Abdellah Kachlaf», le chef des forces de la protection de Gharyane, affiliées au GNA a affirmé que le calme régnait sur les axes de combats, et que la résistance dans les fronts était sur ses gardes.

Kachlaf affirma au journal «al-Araby al-Jadeed» que «les troupes de Haftar avaient été repoussées vers leurs anciennes positions», en signalant que l’aviation du GNA avait hier menée trois raids aériens, ciblant les combattants déserteurs de Haftar et les entrepôts de munitions des milices, et que les forces du GNA avaient lancé une large opération de ratissage dans les banlieues de Gharyane.

Une menace exploitable

Pour une interprétation de la situation au sol, «Said al-Jawashi», chercheur des affaires politiques, déclare lors d’un entretien avec le journal «al-Araby al-Jadeed» que «Haftar cherche à reconquérir Gharyane, au moment où le monde se prépare à organiser une opération politique en Libye, dans le but de gagner un marge de négociations, pour ce qui est de la menace que représente sa conquête de Gharyane pour Tripoli».

De son côté, l’analyste politique militaire libyen, Mohyeddine Zekri, indique que «le général à la retraite n’avait pas l’intention de s’emparer de la ville, mais cherchait à attirer les soldats du GNA vers un terrain découvert pour les attaquer par les forces aériennes».

Zekri explique que «le fait de renforcer la résistance du GNA représentait la bouée de sauvetage de la ville de Gharyane», affirmant que les renforts empêcheront l’avancée des milices de Haftar.

Rappelons que les milices de Haftar avaient pris le contrôle de Gharyane en avril dernier, après un accord et une alliance conclus avec des forces armées à l’intérieur de la ville, avant de la reperdre à nouveau en juin après une insurrection interne des habitants de la ville, soutenus par les forces de la protection affiliées au GNA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here