mercredi, octobre 27, 2021

Libye: l’ONU met en garde contre tout acte provocateur, malgré le progrès des pourparlers de Genève

L’envoyé de l’ONU en Libye a fait part jeudi de progrès au quatrième jour des pourparlers entre les parties libyennes réunies à Genève afin de parvenir à un cessez-le-feu.

« Des progrès ont été faits sur plusieurs questions importantes et nous avons devant nous un nombre important de points de convergence », a déclaré le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, lors d’une conférence de presse au Palais des Nations.

L’Office des Nations Unies à Genève accueille depuis lundi les réunions de la Commission militaire conjointe libyenne. Le gouvernement d’accord national de Fayez al-Sarraj reconnu par l’ONU et l’Armée nationale libyenne dirigée par Khalifa Haftar ont chacun dépêché cinq représentants militaires de haut rang pour cette réunion dans la ville suisse organisée sous la médiation de l’envoyé onusien en Libye.

M. Salamé, qui dirige également la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), s’est félicité du « haut degré de professionnalisme » dont ont fait preuves les délégations libyennes dans la discussion des « points souvent techniques » liés au cessez-le-feu.

Le représentant spécial a toutefois souligné que la réussite des négociations à Genève dépend également de l’évolution de la situation militaire en Libye.

« Durant ces pourparlers, les négociateurs seraient très certainement aidés par plus de calme sur les fronts et par l’absence de tout acte – tout acte provocateur – sur le plan militaire de la part de toutes les parties au conflit », a-t-il dit. Un calme qui, selon M. Salamé, permettraient aux délégations présentes en Suisse « de progresser dans un environnement aussi rationnel et modéré que possible ».

Depuis Genève, l’envoyé onusien a indiqué que la partie économique et financière des pourparlers libyens débuteront le 9 février au Caire, en Egypte.

M. Salamé a reconnu devant les journalistes que la partie politique des pourparlers « est un peu à la traine parce que nous attendons que les deux délégations sélectionnent leurs représentants ».

Il s’est dit confiant sur le fait que les 40 participants sélectionnés seront présents à Genève pour le début du dialogue politique prévu le 26 février.

SourceAgences

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos