mercredi, octobre 28, 2020

L’impossible pardon : Les Égyptiens ne pleurent pas tous la mort de Hosni Moubarak  

Courrier arabe

La mort de l’ancien président égyptien, Mohamed Hosni Moubarak, était loin d’installer l’indifférence dans les âmes des Égyptiens. Bien que les interventions, sur les réseaux sociaux étaient timides, vue la censure imposée par l’État sur les activistes, plusieurs ont osé dire la vérité en face.

Même si les fidèles au régime avaient couru pour le pleurer et signer leur tristesse, nombreux étaient ceux qui avaient exprimé la réalité des choses et rappeler ce que était vraiment l’homme dont la mort est aujourd’hui célébrée par le gouvernement, comme celle d’une icône nationale ou d’un héros populaire.

Une plaie qui saigne toujours 

Youssef Hussein, connu par Joe à travers son émission Joe show a noté un message ironique envoyé à tous ceux qui avait pleuré sa perte, et regretté son départ.

«Que Dieu ait pitié de son âme, à son époque, 10 millions d’Égyptiens ont été atteint du virus C (Hépatite C)… L’éducation s’est effondrée…La corruption s’est répandue … Il a torturé les détenus… détruit l’infrastructure du pays… volé le pays lui et ses enfants», avait-il écrit, démontrant ce qui avait marqué les 30 ans de gouvernance de Moubarak, et la réalité que ceux qui tentent de faire de lui un symbole, s’obstinent à cacher.

Il indiqua vers la fin: «Et auprès de Dieu les opposants se rencontrent», démontrant que désormais le monde entier sais que le criminel qu’est Moubarak, il n’a pas été jugé comme il se doit pour ce qu’il a fait au pays et au peuple, mais que dans l’au-delà, il sera châtier par la justice de Dieu.

Difficile pour les Égyptiens d’oublier le passé

De son côté, le journaliste Mahmoud Maher a décidé d’adresser un message au défunt, lui criant : «Tu t’es trompé au sujet du peuple égyptien à plusieurs reprises… Personne n’a pu te juger pour tes fiascos économiques, médicaux, éducatifs, culturels et sociaux», en rappelant toutes les erreurs prescrites au pays sous sa direction et dont le peuple égyptien encaisse les répercussions chaque jour.

Il continua : «En réalité tu t’attendais à ce que les réseaux sociaux se gorgent de prières pour toi, car l’ampleur de tes fautes nécessite réellement des registres de prières, pour t’épargner la colère de Dieu», signalant qu’il était impossible pour le peuple de lui pardonner les humiliations qui lui ont été infligées au fil des 30 ans de sa présidence, et que même si la justice n’a pas pu juger Moubarak pour ce qu’il a fait, la justice de l’au-delà s’en chargera.   

Un point de vue partagé par le journaliste, Samir Alaraki, qui a noté : «La guerre d’octobre n’est pas un prétexte pour violer la dignité humaine, ou fermer les yeux sur les crimes que le destitué a commis durant 30 ans», soulignant que même si Moubarak s’était justifié la religion, «la seule bataille où Dieu avait pardonné à tous ceux qu’y avaient participé était la bataille de Badr».

«Savez-vous que certains sont portés disparus à ce jour, depuis l’époque de Moubarak», avait-il ajouté, en rappelant les atrocités que Moubarak a commises à l’encontre de son peuple, et criant « que la malédiction de Dieu tombe sur les oppresseurs».

Aussi, l’analyste politicien,  Amr Khalifa, les a rejoints,  déclarant pour sa part : «Le violeur des droits de la nation et mort. Si le peuple pouvait un jour gouverner le pays, je rêverais de voir l’autre et tous ses partisans, dans une prison dirigée par le peuple».

L’autre, c’était sa façon de traiter l’actuel président Abdel Fatah al-Sissi, tout aussi tyran et répresseur, souhaitant que «le régime des traîtres tombe».

Comparaison entre les obsèques de Moubarak et de Mohamed Morsi

Par cette occasion, plusieurs se sont rappelés de la mort tragique du défunt Mohamed Morsi, certains ont dénoncé le fait qu’«un criminel comme Moubarak meurt dans un hôpital alors que celui qui qui avait été élu par le peuple est mort dans sa cellule».

C’est ainsi que l’’activiste Mohamed Nasser déclare: «Les funérailles du premier président élu au pays se font seulement avec la présence de ses proches, et sous haute surveillance… Alors que les funérailles du destitué Hosni Moubarak qui a tué des milliers, bénéficie d’une cérémonie militaire», en déplorant l’injustice et la tyrannie.

«Paix à ton âme Mohamed Morsi», avait-il ajouté, insistant à rappeler la différence entre «un homme de foi qui sera toujours dans les esprits du peuple», et «un traître hypocrite qui finira dans les oubliettes et les pages noires de l’histoire».

Un gouvernement Hypocrite

Une citoyenne égyptienne, Rahma Tharwat Sabra a signalé qu’elle trouvait bien «bizarre est incompréhensible», le fait que le régime avait accusé Hosni Moubarak de détournement de fond, et l’avait emprisonné un moment, et l’avait toujours qualifié de président destitué, commence après sa mort à venter «ses actions honorables», à l’appeler «ancien président» et décide de lui organiser une cérémonie militaire.

twitter.com/SabraTharwat/status/1232632731546406912

La citoyenne souligne le paradoxe des pratiques de l’actuel régime et sous-entend la différence de jugement qu’il impose au reste du peuple et aux anciens militaires.

L’assassin des innocents

Également Hamza Zawba, le porte-parole du parti politique Liberté et Justice et animateur d’une émission télévisée a noté dans un tweet poétique au ton lyric : « Il est mort, l’assassin des martyrs… il est mort, celui qui a préparé l’arrivée du traître al-Sissi, il est mort, le destitué Hosni Moubarak». Il rappela les noms des innocents qu’il avait tués, citant Khalid Said, Sayed Bilal, les martyrs de janvier et les milliers de détenus assassinés dans les prisons.

Par ailleurs, certains internautes, qui semblent redouter les poursuites judiciaires se sont contentés de partager des photos où Moubarak serre la main des Israéliens, Benyamin Netanyahou et de Shimon Peres, soulignant qu’il était «leur fidèle allié et qu’il avait toujours servi Israël et vendu la cause palestinienne».

Aussi d’autres se sont rappelés des images diffusées en 2011, démontrant le tombeau «de luxe» qu’il s’est fait construire à plus de 15 millions de livres égyptiennes, dénonçant le fait qu’au moment où le peuple était menacé de famine, le président s’est offert un tombeau avec des meubles français, des tapis rouges iraniens, des décors en or et des caméras de surveillance.

Après avoir passé les 9 dernières années de sa vie entre les tribunaux et les hôpitaux, Hosni Moubarak (93 ans), laisse de lui l’image d’un dictateur qui a vécu sur les traces d’un pharaon, qui humilia son peuple et le traita comme des esclaves.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Libye : Détails de l’accord signé entre le Qatar et le gouvernement d’union nationale (GNA)

L’accord sécuritaire signé entre le Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) et le Qatar s’est intéressé à plusieurs domaines, notamment ceux liés à la lutte...

France: le nombre de décès dus à la Covid-19 a doublé en 24h

Alors que lundi la France avait déjà enregistré le nombre de décès journalier le plus élevé depuis avril -258 morts-, ce mardi il a...

L’Iran renforce sa défense aérienne à la frontière avec l’Azerbaïdjan et l’Arménie

L'armée iranienne a annoncé mardi le renforcement des unités des Forces aériennes dans le nord-ouest du pays, suite à l'escalade des tensions dans la région du Haut-Karabakh, en Azerbaïdjan. Selon le commandant général de la défense...

Accord de normalisation : Des négociations entre Israël et 5 pays arabes à l’issue...

Le ministre israélien des Renseignements, Eli Cohen, a déclaré que des négociations entre Tel Aviv et 5 pays arabes seront intensifiées en vue de normaliser les relations. C'est ce qui...

Le Qatar et le gouvernement libyen signent un accord sécuritaire, dénoncé par les milices...

Le Qatar et le Gouvernement d’union nationale libyen (GNA) ont signé lundi, un accord sécuritaire, au moment où les milices de Khalifa Haftar dénoncent «des...