L’Arabie saoudite a mis en place un plan stratégique pour affronter le gouvernement turc, après que le prince héritier Mohamed ben Salmane (MBS) a déclaré qu’aucun traitement de faveur ne sera accordé au président turc Recepe Tayip Erdogan, suite au meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Le site informationnel britannique «The Middle East Eye» (MEE) a révélé les détails du plan saoudien, affirmant qu’il se présentait sous forme d’un rapport secret élaboré par les services de renseignements secrets des Émirats arabes unis, le fidèle allié de MBS.

Le plan intitulé «le rapport mensuel au sujet de l’Arabie saoudite, n°24, mai 2019», parle d’une démarche où Riyadh s’autorise «l’exploitation de tous les moyens pour mettre la pression au gouvernement turc, afin de l’affaiblir, et l’occuper en permanence par des affaires locales, en vue de promouvoir sa chute pas l’opposition, ou l’occuper à lutter successivement contre les crises, le poussant à commettre des erreurs, que les médias utiliseront contre lui».

Une guerre froide à l’horizon

Selon le journal, l’Arabie saoudite vise surtout à lutter contre l’extension de la Turquie dans le région, notant dans le rapport: «le royaume commencera par viser l’économie turque, et œuvrer progressivement à restreindre les investissements saoudiens là-bas, l’Arabie saoudite diminuera aussi le nombre de ses touristes vers la Turquie, et les enverra vers d’autres destinations, le royaume devra également marginaliser le rôle joué par la Turquie dans les affaires islamiques».

Le rapport des émiratis prétend aussi que la Turquie avait refusé de collaborer avec les Saoudiens qui enquêtaient sur le meurtre, signalant qu’elle avait entravé leur travail en divulguant de fausses pistes aux médias, pour nuire à l’image du prince héritier.

«Le président turc Recep Tayip Erdogan a exploité l’affaire Khashoggi pour alimenter la compagne qu’il mène pour déformer l’image du royaume saoudien, et spécialement celle de la personne du prince héritier», avait indiqué le rapport.

MEE explique que MBS avait décidé d’affronter la Turquie, après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul, rappelant que l’affaire avait suscité une vague de colère internationale, après qu’Ankara avait incité à identifier les coupables, à travers des enquêtes transparentes.

Et bien que les Turques se battent toujours pour mondialiser l’affaire Khashoggi, les Saoudiens semblent déterminés à l’étouffer, quelques en soit les conséquences. Pour l’heure, la lutte entre les deux pôles promet d’être féroce, et sans merci.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here