Le site britannique « Middle East Eye » (MEE) a révélé que les autorités saoudiennes ont interdit des dizaines de Palestiniens de la Syrie réfugiés au Liban d’accomplir le Hadj. Cela constitue un nouveau chapitre de privation pour ce peuple qui a été contraint de se déplacer deux fois.

Le site a expliqué que près de 70 Palestiniens dont l’âge dépasse 70 ans ont été informés des refus de visa pour le Hadj, ajoutant que les Palestiniens de la Syrie détiennent des documents de voyage mais ne possèdent la nationalité d’aucun État.

MEE a rappelé qu’elle a déjà abordé cette question l’année passée en révélant l’ensemble des restrictions saoudiennes imposées sur la délivrance des visas. Ces mesures ont privé 3 millions de Palestiniens en Israël, à Jérusalem, en Jordanie et au Liban d’accomplir le Hadj et la Oumra.

Selon le même site, ces mesures de restrictions ont été réduites en février dernier suite à des négociations épuisantes avec Riyad. Toutefois, elles subsistent pour les Palestiniens de la Syrie réfugiés au Liban.

Un Palestinien a témoigné au site britannique de la douleur de ses parents après avoir été informés des refus de visa. « Ils se sont préparés et ils attendaient le voyage. Tout ce qu’ils souhaitent est d’accomplir le Hadj avant de perdre la vie ».

Le rapport a évoqué les coûts élevés du Hadj, en plus des difficultés de la délivrance de nouveaux documents de voyage. Par ailleurs, une décision a été prise par les autorités libanaises concernant la limitation des possibilités d’emploi pour les réfugiés, ce qui mène des milliers d’entre eux à une pauvreté extrême.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here