mercredi, mai 25, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Tripoli reprend un souffle de calme.. Haftar attendu à Paris

Courrier arabe

Les axes du combat au sud de Tripoli, la capitale libyenne marquent, aujourd’hui, un calme relatif, après les affrontements violents et les bombardements, qui avaient lieu hier, entre les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA) et les milices armées du général à la retraite Khalifa Haftar.

Le correspondant d’Al-Jazeera en Libye a affirmé que les premières heures de la journée étaient calmes à Tripoli, il avait ajouté que les avions du GNA avaient bombardé, la nuit dernière des positions ennemies aux alentours de Gharyane, et que les forces au sol ont pu bloquer l’avancé des rebelles.

Il a également signalé que des informations évoquaient que Haftar avait utilisé à Ain-Zara, «des bombes à fragmentation», des armes à sous munitions, interdites par la communauté internationale à cause de leurs horrifiantes répercussions.

Par ailleurs, des sources proches du rebelle ont annoncé sa visite programmée mercredi à Paris pour rencontrer Emmanuel Macron, une visite qui succède celle du Caire où le président égyptien Abdel Fatah Al-Sissi avait renouvelé le soutien égyptien aux mouvements des milices armées.

Le correspondant d’Al-Jazeera a signalé que la visite prévue de Haftar à Paris, quelques jours après celle du président du GNA Fayez Al-Sarraj, qui avait rencontré le président français durant sa tournée incluant aussi Rome, Berlin, et Londres, ne prévoit aucun cessez-le-feu en Libye, expliquant que le GNA proclamait un retour définitif des milices vers l’est.

Lancée le 4 avril, par les troupes du rebelle Khalifa Haftar, l’offensive qui a pour but de prendre le contrôle de la capitale, Tripoli, et de ses environs, est soutenue par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, et l’Égypte, qui font le possible pour maintenir le chaos dans la région.

La deuxième guerre civile déchire la Libye entre les coûts stratégiques et les résolutions hypocrites internationales, la malédiction du pétrole risque de coûter cher aux citoyens démunis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos