Pour la première fois de l’histoire moderne de l’Algérie, le ministre des Moudjahidine «Tayeb Zitouni» a appelé aujourd’hui dimanche, les députés au Parlement algérien, à ouvrir le dossier des crimes commis par la France, à l’époque de la colonisation du pays, à l’ombre des tensions au niveau des relations des deux pays.

«Je lance un appel à tous les députés, afin d’ouvrir le dossier des crimes commis par le colon français en Algérie», avait déclaré «Tayeb Zitouni», lors de propos rapportés par la presse locale.

Ceci étant la première fois qu’un ministre proclame une telle procédure, bien que l’Algérie demande, depuis plusieurs années, à la France de présenter des excuses officielles, et des dédommagements, concernant les crimes commis à l’époque de sa présence au pays.

Tensions entre Paris et Alger

L’appel se présente cependant, au plein milieu d’une crise des relations franco-algérienne, où Alger accuse Paris d’être responsable de la liste du parlement européen, qui dénonça la situation des droits de l’homme en Algérie.

La liste, qualifiée d’«audacieuse» par le ministère algérien des Affaires étrangères, qui menaça, jeudi dernier, de revoir les relations du pays avec les institutions européennes, suscita un large refus politique et une vague de colère nationale.

En 2009, des députés avaient tenté en vain d’imposer une loi pour culpabiliser la France de crime de guerre, soupçonnant l’ancien régime de «Bouteflika» d’être derrière son avortement.

Dans ce contexte, il importe de noter que les historiens indiquent que pendant la période de sa colonisation, la France a commis de terribles crimes de guerre contre les Algériens, et parlent de plus de 5 millions de morts, de milliers de portés disparus et d’innombrables invalides.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here