Comment l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis mènent une guerre médiatique contre le Maroc?

Le Maroc est devenu une cible d’une campagne médiatique orchestré par des médias liés à l’Arabie saoudite et aux Émirats Arabes Unis(EAU), ses anciens alliés.

Tout a commencé vers la fin de l’année 2017 avec une dégradation des relations entre Rabat et ces deux pays du Golfe à cause de désaccords sur plusieurs dossiers notamment la crise en Libye et l’embargo imposé à Qatar par ses voisins.

Le Maroc reproche aussi à ses anciens alliés de toucher à ses intérêts en Afrique.

Cette crise a atteint son point culminant lorsque Rabat a décidé de retirer ses troupes de la coalition anti-Houthis menée par l’Arabie saoudite au Yémen et de rappeler ses ambassadeurs à Riyadh et Abou Dhabi pour consultations.

Un reportage d’Al-Arabiya crée la tension

En février dernier, la chaîne d’Al-Arabiya proche des autorités saoudiennes a diffusé un rapport relatant l’histoire de l’invasion marocaine du Sahara occidental en 1975. Le Maroc est décrit comme  » force d’occupation « , ce qui a soulevé la colère marocaine.

Selon certaines sources, cette nouvelle position de l’Arabie saoudite et des EAU sur le Sahara occidental serait une riposte aux propos tenus par le chef de la diplomatie marocaine, Nacer Bourita, au cours de l’émission « Bila Houdoud » (sans frontières)  de la chaîne Al-Jazeera dans lesquels il a justifié le retrait de la participation de son pays à la coalition anti-Houthis par les violations des droits de l’homme commises par celle-ci au Yémen.

De nouvelles chaînes de télévision ciblant le Maroc

Le site « Maghreb Intelligence », dans une exclusivité le 8 avril en cours, a indiqué que Abou Dhabi a chargé un ancien responsable des renseignements émirien, Ahmed al-Rabiaâ, de veiller sur le lancement de la chaîne « Sky News Maroc » dont le but est, ajoute le journal: « d’amplifier la gravité des mouvements sociaux « .

D’un autre côté, Riyad serait aussi sur le point de lancer une nouvelle télévision sous le nom de  » MBC Morrocco ». Turki Al-Sheikh, président actuel de l’Autorité générale du divertissement saoudienne a déjà chargé une boîte de production libanaise afin qu’elle tourne des séries et des fictions marocaines avec comme thème :  » la prostitution, la drogue et la magie noire. ».

Une crise de contrôle des médias locaux

Le même journal a affirmé que « Hespress », l’un des sites les plus consultés du Maroc, vient de passer sous le contrôle des EAU. Ce site a été récemment enregistré par ses propriétaire sous un nom de domaine « a.e », relatif au domaine national des EAU.

Hespress a connu une crise sans précédent en janvier de l’année en cours, après la démission de l’un des journalistes fondateurs du site Khalid El Berhli. Il faut préciser qu’il lui était interdit de publier tout article défavorable aux Émirats.

L’affaire du journaliste marocain Toufik Bouaâchrine

En Mars de l’année dernière, une mission diplomatique des EAU a déposé plainte contre le directeur du quotidien indépendant Akhbar-al-Yaoum à cause d’un article publié sous le titre  » Bouaâchrine et les Émirats « .

Dans cet article, Bouaâchrine a accusé ce pays d’être derrière les poursuites judiciaires qui ont abouti à sa condamnation à 12 ans de prison ferme pour des agressions sexuelles qu’il a toujours niées en assurant qu’il a été la victime de sa plume et ses critiques sévères vis-à-vis de personnalités politiques marocaines et à l’encontre du prince héritier Mohammed ben Salmane.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here