24.6 C
New York
mardi, juin 18, 2024

Buy now

spot_img

Fakhfakh: les partis « Kalb Tounès » et « PDL »ne participeront pas au Gouvernement

Le chef du gouvernement tunisien désigné, Elyes Fakhfakh, a affirmé que les partis « Au Cœur de la Tunisie » et « Parti destourien libre » (PDL) ne feront pas partie de la coalition gouvernementale, soulignant « qu’il n’y a pas de démocratie sans véritable opposition ».

 » Je ne vois ni ‘Au Cœur de la Tunisie’ ni le ‘Parti destourien libre’ dans le gouvernement. Ces deux partis ne correspondent pas, en cette étape, aux attentes des Tunisiens », a révélé le chef du gouvernement désigné.

C’est ce qui ressort d’une conférence de presse qui s’est tenue, vendredi, au Palais « Dar Dhiafa » de la capitale Tunis.

Elyes Fakhfakh s’est engagé à former un gouvernement politique restreint, avec les parties politiques qui ont voté lors du deuxième tour de la présidentielle en faveur des valeurs de la révolution défendues par le président Kaïs Saïed.

Fakhfakh soutient qu’il y aura des partis qui seront forcément dans l’opposition: « Il n y a pas de démocratie sans opposition », a-t-il fait observer.

« J’ai commencé les consultations pour assurer un large soutien politique au gouvernement, et élaborer un programme avec les partis qui se sont rencontrés au deuxième tour sur le vote du président Kaïs Saïed », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : « Je m’efforcerai d’élargir le soutien politique du prochain gouvernement afin qu’il obtienne une confiance large et inébranlable à l’Assemblée des représentants du peuple, en vue de renforcer l’harmonie entre les pouvoirs exécutif et législatif ».

« Nous œuvrons à former un gouvernement restreint, politique et cohérent qui ne dépasse pas 25 portefeuilles ministériels, afin d’atteindre le plus haut degré d’efficience et d’efficacité. (Un gouvernement) comprenant des compétences conscientes de la spécificité de l’étape que traverse le pays », a-t-il poursuivi.

Le chef du gouvernement désigné a revendiqué son parti pris pour la révolution tunisienne, qui a renversé le régime de Zine El Abidine Ben Ali, en janvier 2011, ainsi que pour la transition démocratique dans le pays.

La Présidence tunisienne a annoncé, lundi soir, dans un communiqué, que « le président tunisien Kaïs Saïed a chargé Elyes Fakhfakh (48 ans), ancien ministre des Finances et leader du parti « Forum démocratique pour le travail et les libertés » (Ettakatol), de former un nouveau gouvernement, dans un délai d’un mois à partir du 21 janvier 2020.

La Présidence a ajouté que cette décision « intervient à l’issue d’une série de consultations écrites, que le président de la République a menées avec les partis, les blocs et les coalitions du Parlement », en plus des plus grandes organisations syndicales.

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici