Plus de 600 migrants africains ont réussi, jeudi, à franchir la frontière terrestre entre le Maroc et la ville de Ceuta, relevant de l’Administration espagnole,ont annoncé des médias espagnols.

Des centaines de migrants de l’Afrique subsaharienne avaient mené la « plus grande attaque », il y a quelques mois, contre la clôture de Ceuta, gérée par l’Espagne dans le nord du Maroc.

Les médias espagnols ont rapporté que certains migrants ont jeté des pierres sur les unités de la Garde des frontières, déployées dans la zone de séparation, ce qui a fait 22 blessés parmi les éléments sécuritaires espagnols.

L’irruption des migrants a également fait 132 blessés parmi eux, secourus et soignés par des activistes civils.

Aucun commentaire n’a été obtenu de la part des autorités marocaines ou espagnoles sur cette opération, la première de ce type, depuis février dernier.
Près de 850 migrants avaient réussi, en février, à franchir la frontière et à arriver à la ville de Ceuta.

Les migrants résident dans les forêts voisines de la ville de Belyounech, près de la barrière frontalière avec Ceuta, à l’affût de la bonne occasion pour un passage clandestin vers le sud de l’Espagne ou pour franchir la barrière frontalière et entrer dans Ceuta.

La ville de Ceuta, comme la ville de Melilla, sont sous administration espagnole, bien qu’elles soient situées à l’extrême nord du Maroc et que Rabat les considère comme des “enclaves occupées” par l’Espagne qui les a entourées d’une clôture de barbelés d’environ 6 mètres de hauteur, afin d’empêcher l’infiltration des migrants illégaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here