lundi, octobre 26, 2020

Tunis réitère son rejet de la normalisation avec Israël, sous quelque forme que ce soit

Le ministère tunisien des Affaires étrangères a souligné, avec force, mercredi, son rejet de toute forme de normalisation des relations avec Israël, même s’il s’agit de compétitions sportives.

C’est ce qui ressort d’un communiqué rendu public, mercredi, par le ministère tunisien des Affaires étrangères, et dont Anadolu a eu copie.

« Le match disputé par la sélection féminine de tennis avec l’équipe de l’entité de l’occupation israélienne dans le cadre du championnat de la fédération internationale, qui se déroule actuellement à Helsinki, (capitale de la Finlande), constitue une violation des engagements et des obligations historiques de la Tunisie envers la juste Cause palestinienne », lit-on dans le communiqué.

Le ministère a estimé que cela « est contraire à la position officielle de l’Etat tunisien qui soutient et appuie les droits inaliénables du peuple palestinien frère pour l’établissement de son Etat indépendant aux frontières de 1967, avec comme capitale Jérusalem-Est sur la base des résolutions de la légalité internationale et de l’Initiative de paix arabe ».

La joueuse tunisienne, Ons Jabeur, quart de finaliste de l’Open d’Australie, a battu l’israélienne Vlada Katic, par deux sets à zéro en match comptant pour le premier tour du groupe B de la coupe du monde de tennis, tandis que la Tunisienne Chiraz Béchri s’est inclinée face à l’israélienne Lina Glushko (0-2)

La semaine passée, le président israélien Kaïs Saïed, avait appelé à diligenter une enquête sur la participation d’un joueur portant la double nationalité, israélienne et française, à un tournoi international de tennis, qui s’est déroulé dans la capitale Tunis.

Un joueur israélien, du nom de Aron Cohen, avait pris part , il y a de cela deux semaines, à un tournoi de tennis à Tunis, selon des médias locaux.

Les autorités tunisiennes affirment, à maintes reprises, leur soutien aux justes causes dans le monde, au premier rang desquelles figure la Cause palestinienne.

La Tunisie a été le théâtre de mouvements populaires de protestation pour dénoncer le prétendu plan de paix annoncé par le président américain Trump , le 28 janvier dernier, au cours d’un point de presse à Washington,, en présence du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou.

Rejeté par l’Autorité palestinienne et l’ensemble des factions de la Résistance, le plan prévoit l’établissement d’un Etat palestinien «aux territoires connectés » sous forme d’un archipel lié par des ponts et des tunnels de même qu’il considère la ville sainte de Jérusalem comme capitale indivisible d’Israël.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

«L’Arabie saoudite pourrait bientôt annoncer la normalisation avec Israël», déclare le directeur du Mossad

Le directeur du Mossad israélien, Yossi Cohen, a déclaré «qu’un accord de normalisation avec l’Arabie saoudite sera prochainement annoncé», tout en signalant que «d’importantes...

L’épidémie hors de contrôle aux États-Unis, où une «troisième vague» touche un grand nombre...

Vendredi 25 octobre, les États-Unis ont comptabilisé un peu plus de 83.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, surpassant largement le précédent record...

L’Azerbaïdjan a détruit six S-300 arméniens dans le Haut-Karabakh, selon son Président

Les forces armées azerbaïdjanaises ont détruit six systèmes de missiles antiaériens S-300 arméniens au cours des combats qui se poursuivent dans le Haut-Karabakh, a annoncé le...

Le gouvernement israélien entérine l’accord de normalisation avec le Bahreïn

Le gouvernement israélien a entériné, dimanche, l’accord de normalisation avec le Bahreïn. Il doit par la suite le soumettre à la Knesset pour sa ratification finale, selon le...

Barrage de la Renaissance : L’UE appelle l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan à trouver...

L’Union européenne a invité, samedi, l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan à travailler rigoureusement pour trouver un accord sur le grand Barrage de la Renaissance. C’est...