22.2 C
New York
mardi, avril 16, 2024

Buy now

spot_img

Tunisie: la Coalition de la dignité accuse le Parti destourien libre d’inciter à la violence et servir les intérêts étrangers

Courrier arabe

La Coalition de la dignité ou Al Karama, le parti tunisien dirigé par Seifeddine Makhlouf, a déclaré, hier vendredi, que « le Parti destourien libre n’est qu’un parti politique tunisien servant les intérêts d’autres Etats étrangers (les Émirats arabes unis et l’Égypte) au pays, ce qui viole l’un des articles de la Constitution de la République tunisienne, en incitant à la violence ».

 

« Il s’agit d’une violation flagrante de la souveraineté nationale et une ingérence évidente dans les affaires de la Tunisie », annonça Seifeddine Makhlouf, via un communiqué publié sur la page Facebook officielle de son parti.

Il a affirmé que « les pratiques illégales, violant non seulement la Constitution tunisienne mais aussi les droits de l’homme, fondés sur la notion de la Liberté, se multiplient surtout dans la dernière semaine, dues au Parti destourien libre, visant un coup d’État contre la présidence de la chambre des députés ».

Le communiqué a assuré que « le Gouvernement tunisien doit assumer toutes les responsabilités devant cette perturbation continue de la pratique de la loi, en ne prenant aucune position contre les crimes commis contre le peuple tunisien tels que les tentatives de renverser l’Etat et de servir les intérêts d’autres pays étrangers ».

La Coalition de la dignité a dénoncé, à travers ce communiqué, « le silence pris comme position par les  institutions sociales et les organisations de droit de l’homme à l’égard de ces conflits idéologiques qui ne peuvent que causer le renversement des conséquences positives de la révolution tunisienne et la menace de la sécurité nationale ».

Elle a assuré que « la Présidence du parlement doit assumer toutes les responsabilités vu que cette dernière n’effectuait pas son rôle en appliquant l’article 48 de la Constitution concernant le règles de procédure au sein du parlement ».

Le communiqué s’est terminé par « un appel au peuple tunisien à être toujours vigilant et préparé pour se mettre en face de ces pratiques », assurant que la Coalition « continue, fermement, lui défendre sa révolution, sa dignité et l’inviolabilité de ses institutions, grâce à tout ce que la loi et l’action politique libre, civile lui fournissent ».

 

 

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici