19.8 C
New York
mercredi, mai 22, 2024

Buy now

spot_img

Tunisie : L’Instance des élections accusée de corruption et d’infiltration étrangère

Courrier arabe

Selon les médias locaux tunisiens, le président de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE) a été accusé, par deux des membres de l’organisme, de corruption administrative et financière et de permission à l’infiltration étrangère au pays, à travers les élections précédemment organisées.

Annonçant le déclenchent d’une crise interne, et ceci, suite à des déclarations, que leurs avaient fourni «Adel Brinsi» et «Nabil Azizi», deux membres à l’ISIE, lors desquelles ils avaient accusé «Nabil Baffoun» le président de l’Instance, de corruption et de mauvaise gestion administrative et financière, et de recrutement de faveur.

Et du fait que les deux hommes redoutaient que la base de données des électeurs tunisiens et la scène politique soient infiltrées par les étrangers, à travers une compagnie américaine convoitée par l’ISIE, pour l’assistance technique durant les élections présidentielles et législatives, les médias sont allés jusqu’à parler de l’implication de «Baffoun» dans une affaire de trahison et de collaboration étrangère.

Mauvaise interprétation

Sur ce, «Adel Brinsi» a affirmé à «al-Jazeera net» que ses déclarations avaient été mal interprétées, «car il s’était seulement posé des questions légitimes, sans lancer, à aucun moment, des accusations de trahison ou de collaboration étrangère».

Il signala que «ses propos appelaient à envisager des réformes, au niveau de la gestion administrative et financière de l’ISIE, sans cibler une personne précise, contrairement à ce que les médias locaux avaient annoncé».

Graves accusations

De son côté, «Nabil Baffoun» a déclaré aux médias locaux que les déclarations des deux hommes étaient «irresponsables et dangereuses», niant toutes les accusations qui lui ont été lancée, signalant que les lourdes accusations, l’ont poussé à déposer contre eux une plainte, pour atteinte à sa personne.

Et pour sa part, «Farouk Bouasker», le vice-président de l’ISIE, lors de déclarations à «al-Jazeera net» a insisté sur le fait que «les déclarations de Brinsi et de Azizi étaient infondées et irresponsables».

Il expliqua que toute institution publique était vulnérable aux problèmes de gestion, et signala: «Dans le cas du président de l’ISIE, il est impossible d’évoquer la corruption et l’infiltration étrangère».

Face de telles évolutions, «Farouk Bouasker» a mis en garde contre les répercussions de la crise, indiquant que la déformation de l’image de l’Instance -qui pouvait résulter de règlement de compte entre Baffoune et quelques membres- risquait d’affecter le parcours électoral national.

Une vieille relation

Et au sujet de la compagnie américaine, convoitée pour les élections, le vice-président de l’ISIE, expliqua que «la Fondation internationale pour les systèmes électoraux» (IFES) collaborait depuis 2011 avec l’Instance, et plusieurs autres institutions souveraines tunisiennes.

Et en niant le fait que la compagnie américaine ait consulté la base de données personnelle des électeurs, il affirma que l’ISIE disposait d’unités internes et externes, qui assurent une haute surveillance, excluant toute possibilité d’infiltration étrangère.

Toutefois, il importe de noter qu’au comble de cette crise, «Nabil Bouffoun» se prépare à recevoir le «Bouclier de la paix et de l’humanité», fournie par l’une des universités américaines, en témoignage de la transparence des élections, qu’il a su mené avec l’Instance.

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici