19.8 C
New York
mercredi, mai 22, 2024

Buy now

spot_img

Tunisie : un accord définitif entre le gouvernement et les protestataires d’El Kamour

Le gouvernement tunisien a annoncé, samedi, avoir conclu un accord définitif avec les protestataires d’El Kamour dans le gouvernorat de Tataouine (sud), après plus d’un mois de négociations.

Dans un communiqué rendu public, la présidence du gouvernement a salué l’accord, qui représente “une solution définitive” au conflit “El Kamour”, déclenché depuis 2017.

Ainsi, la station de pompage de pétrole et de gaz du désert (les centrales électriques les plus importantes) rouvrira ses portes en échange de l’application des engagements gouvernementaux.

Dans une déclaration accordée à Anadolu Agency, le coordinateur du sit-in El Kamour, Daou El Ghoul a fait savoir que parmi leurs revendications figurent “l’emploi immédiat de 215 personnes dans les compagnies pétrolières du désert, outre l’intégration de centaines d’employés à partir de 2021”.

“Un millier de nouveaux travailleurs vont également intégrer la société environnementale (gouvernementale) au cours de l’année en cours”, a-t-il ajouté, soulignant qu’un montant de 80 millions de dinars tunisiens (29 millions de dollars) sera mis au profit du fonds d’investissement dans la région (Tataouine).

En effet, un comité de suivi a été formé pour mettre en œuvre les décisions incluses dans l’accord, dont la mise en œuvre commencera à partir de lundi prochain.

Le 17 juillet, des manifestants dans le gouvernorat de Tataouine ont fermé la station de pompage de pétrole et de gaz dans la région d’El Kamour, à travers laquelle toute la production des champs pétrolifères du désert passe vers d’autres stations dans le reste des gouvernorats tunisiens.

L’accord d’El Kamour signé entre le gouvernement et les manifestants en 2017 prévoyait que 1 500 habitants de la région seraient employés dans des sociétés pétrolières, en plus de 500 autres dans la société environnementale, et l’octroi d’un montant de 80 millions de dinars chaque année pour le fonds d’investissement à Tataouine.

Il est à noter que les champs de Tataouine contribuent à environ 40% de la production de pétrole et de gaz du pays.

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici