Le Gouvernement d’union nationale libyen (GNA) a accusé la Russie d’enflammer le conflit armé au pays, et de chercher à remettre le pouvoir entre les mains de ceux qui restent du système de «Mouammar Kadhafi», et appela les États-Unis à intervenir pour rétablir l’ordre au pays.

Ces déclarations ont été publiées samedi, par l’agence américaine «Bloomberg», suite à une interview entreprise avec le ministre de l’Intérieur du GNA, «Fathi Bachgha».

Selon le ministre, la guerre, que le général à la retraite «Khalifa Haftar» mène actuellement à l’est libyen, avait permis aux organisations terroristes de se restructurer au pays.

«La collaboration avec les États-Unis pour lutter contre le terrorisme, et qui avait mené à une série de raids aériens sur les camps de «Daech» est toujours en cours» avait-il ajouté, en valorisant les efforts des Américains, afin d’instaurer la paix au pays.

Ainsi, il nota que les attaques, lancées par le Commandement des États-Unis pour l’Afrique «AFRICOM», sur les positions terroristes au sud-ouest libyen, avaient permis de neutraliser des dizaines de combattants de Daech.

Les Russes enveniment la situation au pays

L’agence américaine signala que les déclarations de «Bachgha» se présentaient quelques jours après que le GNA ait trouvé des preuves sur l’implication de mercenaires d’une compagnie de sécurité russe, combattant aux côtés des milices de Haftar.

Le ministre libyen accusa la Russie de chercher à remettre le pouvoir dans les mains des hommes du système de «Mouammar Kadhafi» et de renforcer sa présence en Afrique et dans l’aile sud européenne.

Et à ce sujet, il nota: «Les Russes se sont impliqués pour mettre le feu, et renforcer la crise au lieu de lui trouver une solution», et estima que les États-Unis devaient tenir leur engagement éthique et juridique envers la Libye, du fait qu’elles étaient un partenaire important lors de la destitution de l’ancien régime.

«En ce moment, nous appelons les États-Unis à collaborer avec nous, et à jouer un rôle actif pour rétablir l’ordre et la sécurité au pays» avait-il ajouté, en faisant part de la totale disponibilité du GNA à coopérer avec les Américains et les Nations unies.

Dans ce contexte, il convient de signaler que jeudi, le vice-ministre russe des Affaires étrangères «Sergei Ryabkov» avait démenti les déclarations publiées par la presse américaine, au sujet de la présence des mercenaires russes en Libye, affirmant qu’il s’agissait de «rumeurs infondées».

Des propos, que les observateurs peinent à croire, face à la position abordée par la Russie vis-à-vis du conflit armé libyen, et sa protection offerte à Haftar, notamment après s’être avoir suspendu la décision du Conseil de sécurité, lui épargnant des sanctions internationales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here