23.2 C
New York
mardi, juin 25, 2024

Buy now

spot_img

Tunisie: Fakhfakh dévoile la formation de son cabinet

Le Premier ministre tunisien désigné, Elyes Fakhfakh, a annoncé, samedi soir, qu’il avait décidé, avec le président du pays, Kaïs Saïed, d’envisager la possibilité de modifier la formation proposée de son gouvernement, à la lumière de la décision du mouvement « Ennahda » de s’en retirer et de ne pas lui accorder sa confiance au Parlement.

Le mouvement Ennahdha (d’obédience islamique – 54 députés sur 217) avait annoncé qu’il n’accorderait pas sa confiance au gouvernement Fakhfakh; en raison de son insistance à rejeter la demande du mouvement de former un « gouvernement d’unité nationale n’excluant aucune partie », selon son expression.

Après sa rencontre avec Saïed, Fakhfakh a déclaré, dans un communiqué de presse, que « Dans un souci de responsabilité et pour ce qu’un tel choix implique pour le pays, nous avons décidé, avec le président Kaïs Saïed d’utiliser les jours qui restent du délai constitutionnel alloué à la formation du gouvernement, pour étudier les options constitutionnelles, juridiques et politiques, d’une manière qui serve les meilleurs intérêts du pays ».

Le délai pour former un gouvernement expire le 20 février, et s’il n’est pas formé, des élections législatives anticipées auront lieu, selon le chapitre 89 de la Constitution tunisienne de 2014.

La correspondante d’Anadolu a indiqué que la décision de Fakhfakh et Saïed signifie utiliser les cinq jours restants pour mener de nouvelles consultations sur la possibilité d’un amendement à la formation gouvernementale proposée, pour assurer son adoption au Parlement.

Et fakhfakh d’ajouter que « les consultations ont connu de grands efforts pour surmonter les obstacles et parvenir, ce matin, à un accord sur un gouvernement qui dispose d’une majorité confortable au Parlement ».

« Malgré ces efforts, un partenaire clé, Ennahdha, a décidé une heure avant l’annonce de ce gouvernement de se retirer de l’équipe proposée, et de ne pas lui accorder sa confiance, parceque le parti « Au cœur de la Tunisie » (libéral / 38 députés) n’a pas été invité à rejoindre la coalition gouvernementale », a-t-il poursuivi.

Des experts ont déclaré à Anadolu qu’Ennahda, qui a dominé les résultats des récentes élections législatives, insiste pour impliquer le parti « Au Cœur de la Tunisie » dans le gouvernement, afin d’éviter l’isolement au sein du gouvernement Fakhfakh, et d’assurer plus de stabilité, car « Au Cœur de la Tunisie » est une façade pour d’importants pouvoirs politiques, économiques et médiatiques.

Fakhfakh a averti que « cette option (retrait d’Ennahdha) met le pays face à une situation difficile qui nécessite d’examiner les options juridiques, constitutionnelles et politiques qui s’offrent à nous ».

Le gouvernement annoncé ce soir par Fakhfakh est composé de :

Ministre de la Défense : Imed Hazgui

Ministre des Affaires étrangères : Noureddine Erray

Ministre de la Justice : Thouraya Jribi Khemiri

Ministre de l’Intérieur : Hichemi Mechichi

Ministre des Finances : Mohamed Nizar Yaîch

Ministre de l’Industrie : Salah Ben Youssef

Ministre du Transport : Imed Hammami

Ministre des affaires sociales: Habib Kchaou

Ministre de la Technologie : Lobna Jribi

Ministre de l’Investissement et de la Coopération internationale : Slim Azzabi

Ministre de l’Education : Mohamed Hamdi

Ministre de l’Enseignement supérieur : Khalil Laamiri

Ministre de la santé : Abdellatif Mekki

Ministre du Commerce : Mohamed Mselini

Ministre de l’Energie et des Mines et de la transition énergétique: Mongi Marzouk

Ministre auprès du chef du gouvernement chargé de la relation avec le Parlement : Ali Hafsi

Ministre des Droits de l’homme et de la relation avec la société civile : Ayachi Hammami

Ministre du tourisme : Mohamed Ali Toumi

Ministre des affaires culturelles : Chiraz Laatiri

Ministre des Domaines de l’Etat: Ghazi Chaouachi

Ministre des affaires de la jeunesse et du Sport : Ahmed Guaaloul

Ministre des affaires de la femme : Asma Shiri

Ministre de l’équipement : Moncef Sliti

Ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle : Fathi Belhaj

Ministre de la Fonction publique : Mohamed Abbou

Ministre de l’agriculture : Oussama Khriji

Ministre des affaires religieuses: Ahmed Adhoum

Ministre de l’environnement : Chokri Ben Hassen

Ministre de la gouvernance locale : Anouar Maarouf

Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’agriculture, chargé des ressources hydrauliques : Aksa Bahri.

Secrétaire d’Etat auprès du ministère des affaires étrangères : Salma Ennaifer.

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici